La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Mer 8 Fév 2012 - 12:15

[En espérant que ça te convienne comme point de départ ^^]


[Suite du rp :Une menthe à l'eau pour un Mandalo]


Ah Coruscant… Ville monstrueuse, du béton du béton et encore toujours plus de béton, de quoi vous dégoûter de la civilisation. Ce qui n’est pas bétonné est humain et ce qui n’est pas humain est bétonné. Voilà ce qu’était cette planète, une fourmilière en béton avec deux glaçons. Des astroports par millions, les riches en haut, vu sur le ciel et la lumière, les pauvres en bas vu sur les coupes gorges et la pourriture. A chacun sa luxure. Dans ce monde de fourmis Naga devait être une larve, de couleur blanchâtre et un peu collant, encore plus minuscule que les autres fourmis. Mais pas forcément plus insignifiant…

Pas assez riche pour se trouver dans les hauteurs, pas assez fou pour plonger dans les bas-fonds de la cité on pouvait considérer que le jeune Kiffar se baladait dans les milieux des fondations titanesques. Un des vaisseaux banalisés du Vengeur et ses quelques membres d’équipages l’avaient conduit dans un premier temps sur Nar Shaddaa. Une fois sa mission accomplis il avait passé quelques temps avec la douce et caractérielle Kira à s’escrimer bon an mal an sur les fondements du combat au corps à corps. Mais leurs chemins avaient fini par se séparer, Naga étant appelé à rejoindre la capitale tandis que Kira… où était-elle donc parti d’ailleurs ? Certainement vers d’autres missions, avec d’autres employeurs qui la paierait plus ou moins bien. C’est que la compagnie de son professeur lui manquait presque…

Mais son Maître avait de plus grands desseins pour le jeune apprenti et bientôt le Sénat regorgerait de Siths et d’une flotte de militaires bien armée. Une belle boucherie se préparait dans le plus grand silence et dans trois jours les politiciens de Coruscants seront évincés physiquement de la scène politique. Si des vaisseaux arriveraient en masse le dit jour, Sinya avait préféré que son élève fasse bande à part. Des vêtements humains, pas d’armes, un enfant dans un Sénat passerait mieux qu’une bande de militaire armée. Sa mission était déjà constituée et le jeune Llord ne croyait pas en l’échec.

Non en ce moment même il avait un tout autre problème… Il avait faim ! Le programme était clair, le vaisseau l’avait laissé sur Coruscant, repartant à sa base mais lui devrait faire le retour aux côtés de son maître. Embaucher la Mandalorienne avait coûté plus que prévu et du coup Naga se retrouvait sans le moindre crédit… ça allait faire long trois jours sans manger ! Maudissant sa bêtise et se traitant de tous les noms, l’adolescent cherchait un moyen de se sustenter plus ou moins gratuitement. Travailler, hors de question, voler la nourriture à l’étable, trop risqué pis trop mauvais goût. Mieux valait les bons plats bien cuisinés des cantinas. Voler des crédits ? Déjà plus probable. Des passants à Coruscant ce n’était pas ce qu’il manquait ! Il suffisait juste de bien choisir ses victimes.

Le vieux riche… non ces vieux machins ont toujours des gardes du corps qui trainement dans le coin. Le mec avec son blaster sur la hanche, mauvaise idée… La femme aux habits percés et à la ribambelle de morveux, bon ça va je suis pas un monstre non plus ! Petit homme bien dodu qui marche d’un pas pressé mais néanmoins lent au vu de son poids ventral, hum pas mal. Technique du voleur Kiffar numéro un : repérer la bosse de la bourse. Une fois cela fait, contourner votre victime pour être dans son dos. Marcher avec naturel et glisser doucement sa main jusqu’à la bourse. Une fois la bourse saisit deux options s’offrent à vous : petit un, la victime est trop bête pour s’en rendre compte : poursuivez votre chemin de façon naturelle et détendue. Petit deux : la victime se retourne et cherche à vous étrangler : prenez vos jambes à votre cou. Nota Bene : n’oubliez pas la bourse !

Essoufflé mais satisfait, un sourire moqueur étirait le visage du jeune Sith alors que celui-ci observait avec joie le contenu de sa bourse. Avec ça, il aurait de quoi se faire deux bons repas chaud aujourd’hui. Manque de bol devinez quoi ! Notre Kiffar est loin d’être le seul voleur de la capitale et sitôt le compte de la bourse fait que la voilà qui s’envole… dans les mains d’un vaurien ! Furieux d’avoir laissé partir son gain Naga talonne l’avorton, ironie du sort lorsque l’on considère qu’il était dans la même situation quelques minutes auparavant. Et tout comme avant celui qui court le plus vite c’est le voleur ! S’éloignant progressivement mais surement de Naga et avec une meilleure connaissance du terrain le gamin eut tôt fait de semer définitivement notre Sith qui se trouva Gros Jean comme devant.

Voilà ce que c’est que de s’endormir sur ses lauriers… Maudissant le gamin de mille et une façons, l’adolescent aux cheveux de jais fini par se rendre à l’évidence. Il lui fallait recommencer. Engaillardit par son premier vole couronné de succès, Naga chercha des yeux une prise plus belle encore. Il la trouva en la personne d’une belle Mirialan, une marche tranquille, des vêtements amples qui ne sentiraient pas l’intrusion d’une main chapardeuse. La cible idéale !

Opérant la même démarche que pour le petit gros, Naga glissa habilement sa main dans les jupons de la femme sans éprouver la moindre gêne. Très vite un objet tinta contre ses doigts qui s’en saisirent. A la lumière du jour c’était long… et fin… et métallique. Et ça ressemblait fichtrement au sabre laser de son Maître. Bravo Naga ! Sith ou Jedi t’as bien choisis ta victime ! Félicitation ! On ne pouvait pas plus mal tomber…

Hésitant un instant, le Kiffar semblait hésiter entre fuir à toutes jambes ou reposer délicatement le sabre à l’endroit exact où il l’avait pris.


*Te retournes pas Madame, te retournes pas.*


Dernière édition par Naga Llord le Mer 15 Fév 2012 - 16:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 487
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Mer 8 Fév 2012 - 16:26

Coruscant. Du petit hublot je constate avec tristesse qu’elle demeure l’éternelle planète-cité de mes souvenirs avec ses hautes tours frôlant les nuages de leurs pointes d’acier et de verre, avec sa population grouillante et agglutinée comme une armée d’insectes, avec son air aussi pollué que vicié. Je n’aime pas ce monde, cette égérie de béton et de métal dévorant toute la surface comme une gangrène. Non… même les années n’ont rien changé à ce sentiment méprisant qui m’envahit chaque fois que je croise l’un des natifs, chaque fois que mon regard appréhende les colonnes de bâtiments envahissant le ciel lorsque je foule les rues trop chargées. Ici, il n’y a jamais de nuit, jamais de calme, jamais de repos. Qu’importe… je ne compte pas m’attarder plus que de nécessaire, juste le temps de régler quelques affaires. De toute façon, cette chambre d’hôtel, je ne l’ai loué que pour deux jours. Amplement suffisant.

Je jette sur le lit double, mon sac, sans le défaire avec l’envie subite de me laver de toute cette crasse accumulée par mon voyage. Mes doigts papillonnent sur mon accoutrement et je me retrouve bientôt nue devant le miroir de la salle de bain. Mon regard, bleu azur, croise avec froideur le reflet fantomatique de ma silhouette. Les longues mèches ébènes de ma chevelure coulent sur mes épaules en filet sombre, pourtant sans parvenir à couvrir les stigmates de mon passé. Sur ma peau verte pâle, de fines lignes cicatricielles entaillent l’uniformité de ma chair de leurs courbes étranges. Des marques. Sur mes épaules, le long de mes bras et de mes jambes, sur mon ventre et mes seins. Le motif douloureux encré sur mon épiderme au prix de mes larmes m’oblige à détourner le regard de cette psyché. Mon poing s’abat avec force et désespoir sur cette image déformée de moi. Comme pour la chasser. Comme pour la châtier. Des étoiles de miroirs se répandent sur le tapis, alors que coulent, du bout de mes phalanges, quelques perles rubicondes de sang. Finalement, ce bain ne me semble plus aussi attrayant mais je me force à me plonger dans l’eau tiède évacuant les pensées indésirables parasitant mon esprit.

La douche m’a revivifié et j’ai enfilé mes habits usuels constituant le principal de ma garde-robe. Je sais qu’ainsi accoutrée, il arrive que l’on me confonde avec une jedi, effet certain de cette bure mauve qui m’accompagne toujours, mais après tout je n’essaie pas de passer inaperçue, Coruscant s’en charge seule avec ses rues cosmopolites. Dans un dernier regard à ma chambre, je ceins mon sabre, qui rarement me quitte et je sors.

Comme prévu, on se bouscule sur les trottoirs dans l’indifférence générale. Je n’apprécie guère la foule, mais je sais que le ballet des allées et venues, jamais ne cesse sur cette planète, alors moi je me lance.

Ma destination n’est plus très loin, et je presse le pas, impatiente de franchir le seuil d’une porte. Puis comme une légère sensation à ma ceinture, un vide ou peut-être un frôlement, il me semble que…

Je me retourne que pour surprendre le visage d’un petit chapardeur, les mimines occupées de mon sabre, la mine déconfite. Ma bouche s’arrondit autant d’étonnement que d’agacement. J’hésite à me saisir de son poignet avant qu’il ne s’enfuit mais à vrai dire je doute qu’il parvienne à me semer aussi facilement.

« Voler, n’est pas très malin de ta part, gamin. Surtout si tu n’es pas doué. »

Ma voix n’exprime rien d’autre qu’un profond agacement teinté d’une pointe de moquerie alors que je me contente de lui tendre la main, paume ouverte, dans l’attente de recevoir l’objet volé.

« Donnes, avant que l’envie de te donner une correction ne me prenne. »



[Voui voui ça me va parfaitement!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Ven 10 Fév 2012 - 10:38

Manque de bol devinez quoi ? Sitôt le souhait pensé que voilà la belle qui se retourne vers lui. Pour le coup Naga se sent bien balo avec ce sabre entre les mains, bien visible… difficile de mentir avec affront. Un : « c’est le mien ! » ne marcherait certainement pas, pas plus qu’un « c’est celui qui le trouve qui le garde… ». Comble de la malchance le Kiffar n’avait aucune idée s’il s’agissait là d’un Jedi ou d’un Sith. Son doux visage et sa bure mauve criait « Jedi ! Jedi ! Jedi ! » tandis que ses yeux agacés et sa bouche piquante lui envoyait « Sith ! Sith ! Sith ! ». Très peu tenté par l’idée de lui remettre directement le sabre, l’adolescent préféra une brusque question, plongeant avec froideur son regard dans celui énervée de la jeune femme.

« T’es une Sith ou une Jedi toi ? »

N
ullement effrayé par la carrure de la Mirialan, Naga restait un enfant assez effronté, n’ayant reçu de sévères corrections que de son maître le Seigneure Sinya. Légèrement crâneur avec une moue amusée sur le visage, il ignorait royalement l’ordre de l’encapée, faisant tourner habilement le manche du sabre entre ses doigts fins.

« Ce n’est pas très malin pour un Jedi de se promener ainsi dans la capitale. Ces choses là ne sont pas tellement les bienvenues, ni toute personne portant un sabre laser d’ailleurs… Ils sont trop souvent associés à des… »

R
egard appuyé en direction de son interlocutrice pour guetter sa réaction.

« … assassins. »

I
l était comme ça Naga, du genre à parler peu, mais quand c’était le cas il avait tendance à mettre les pieds dans le plat, et franco ! Ignorant la politesse et les rudiments du vouvoiement, il n’avait jamais cessé de tutoyer son mentor et ses professeurs. En fait le respect chez lui passait par autre chose… la force et la puissance. Ceux qui détenaient le pouvoir méritaient d’être considérés comme supérieurs, les autres n’étant que de misérables insectes inutiles. Un peu comme les habitants de cette planète d’ailleurs.

« Voyons voir ça… oh qu'il est joli.»

T
ournant sans aucune gêne le dos à sa menaçante opposante, le jeune Kiffar faisait ce qu’il savait faire de mieux : le parfait chieur ! Observant avec fascination le sabre, l’adolescent poussa le culot jusqu’à user son don de psychométrie sur le sabre comme il l’avait fait sur le sabre de son maître. Mais si Sinya lui avait apporté volontairement, il n’était pas sûr que cette femme à la peau verte soit tout aussi consentante. Naga savait ce qu’il cherchait, il se moquait bien du passé de ce sabre, il cherchait à aller à la source et voir ainsi la couleur du cristal. Sa concentration s’étendit en direction de l’objet dont les souvenirs s’ouvrirent à lui, vague d’images disparates, le jeune garçon ne cherchait pas à faire le tri, allant directement au plus profond de la mémoire de l’objet. En faisant cela il prenait le risque que l’inconnue le fracasse, ou lui retire le sabre des mains. Mais surement la foule de cette rue ne laissait pas trop de possibilités à la jeune femme, après tout crier « Rends moi mon putain de sabre laser ! » n’était pas la meilleure chose à faire à Coruscant, siège de la République qui avait tout récemment désavoué les Jedis. Cette même planète qui par conséquent avait en horreur les Jedis et leur arme de prédilection, les sabres…

Au bout de longues secondes, Naga arriva au point qu’il recherchait, la constitution du sabre. La mémoire d’un sabre prenait vie à la fin de sa construction, lorsque le cristal était placé dans le manche, que tout se jouait à un cheveu. La lumière de la lame brilla pour la première fois : rouge feu.


« Une Sith voyez-vous ça… t’as bien raison le violet c’est plus joli que le gris ou le noir, plus féminin quoi. »

I
l avait presque murmuré, n’ayant très peu envie d’attirer sur eux d’autres regards ennemis. Il ne savait pas s’il devait être rassuré de l’appartenance de cette femme au côté obscur de la Force. La solidarité et la cohésion n’étaient pas vraiment les dogmes préférés des Siths… Comme à chaque fois qu’il utilisait son don de psychométrie Naga s’en trouvait fatigué, surtout qu’il n’avait guère eu le temps de l’utiliser depuis quelques temps. Cette soudaine fatigue physique eut pour effet de grossir la faim qui tiraillait son ventre, celui-ci s’en plaignant par des gargouillis incessant.

« Voler quand on a faim et pas de sous reste le meilleur moyen d’arriver à ses fins. Pis tu sais d’habitude je suis un peu plus doué que ça ! »

Lueur de défi brillant dans ses yeux, Naga taisait le fait qu’il n’en était qu’à son deuxième essai. Mais bon c’est bien de se vanter un peu de temps en temps. Tendant de nouveau le sabre à sa propriétaire le gamin se préparait toutefois à courir si celle-ci se décidait à l’allumer pour le couper en rondelles.



[Je me suis permis d'utiliser le don de Naga juste pour voir la couleur de la lame mais si tu préfères l'en empêcher et intervenir dis-le moi et j'éditerai mon message =)]
Revenir en haut Aller en bas
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 487
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Lun 13 Fév 2012 - 9:54

« Des assassins … vraiment… »

Je dévisage, à demi-amusée par son aplomb, à demi-agacée par son insolence, cet adolescent, pas plus haut que trois pommes mais déjà bien plus arrogant et incisif que certains adultes. Etonnant de ne percevoir dans ce regard givré, l’emprunte reconnaissable d’une crainte bien légitime. Qu’est-il ne pour s’exprimer aussi froidement alors qu’il s’imagine en présence d’une assassin ? Un imbécile naïf, un jeune coq, un inconscient ou tout simplement une graine de courage ? Mon avis oscille et je ne parviens pas à me décider entre défi, curiosité et stupidité. Son assurance effrontée, et sa petite voix fluette m’arrache malgré tout, l’esquisse d’un sourire et ma main se referme sur le vide. Lentement mes bras s’enroulent autour de ma taille, alors que je dévore d’un œil pétillant la silhouette chétive de mon voleur.

Il manipule chaotiquement mon sabre, ses doigts palpant chacune des arabesques d’argent, enlacées sur la garde violine. Je le laisse faire, mes lèvres étirées narquoisement en leur commissure. Qu’essaie-t-il de deviner, la couleur de mon cristal, l’appartenance de mon âme ou tout simplement découvre-t-il pour la première fois la texture glacée d’une arme sith. Je l’ignore … mais quelle importance. De toutes évidences s’il n’a pas encore hurlé au loup en découvrant l’objet dans ma poche, il ne le fera pas maintenant. Pas tant que cette curiosité l’habitera. Pas tant que je serais à portée de le faire taire. Un murmure, réponse à mes questions muettes brouille le brouhaha environnant de cette agitation urbaine déplaisante.

« Un sith, voyez vous ça… T’as raison, le violet c’est bien plus joli que le gris ou le noir, plus féminin quoi. »

« Hum… psychométrie ? » demandais-je d’une voix qui ne laissait planer aucun doute sur ma déduction.

Une évidence. Il n’est aucune autre façon de déceler la couleur de mon cristal, enchâssé dans le cœur de mon sabre, sous les couches tubulaires de cet alliage spécifique. Caché à la vue de tous, il est parfaitement inaccessible et l’unique moyen d’en connaitre la couleur consiste à déployer sa lame…. A moins de posséder le don de psychométrie.

« Intéressant… »

Ma voix traine légèrement, alors que je reprends ce qui m’appartient. Maintenant que son examen est achevé, il me le tend obligeamment.

« Heureuse qu’il te plaise. Cependant … » commençais-je tout en rangeant mon arme à sa place de prédilection sur ma hanche « … tu ne fuis pas… s’en est presque vexant ! »

A croire que la faim qui tiraille son ventre d’une série de grognements, estompe toute prudence de sa part. Après tout, même si les siths regroupent des individus relativement hétéroclites, on ne sait jamais sur qui on tombe. En franchement mal comme en un peu mieux. J’hausse les épaules nonchalamment, et tout en tapotant mon menton du bout de mon index, je me surprends à lui proposer

« Tu te dis doué. D’accord. Je t’offre un repas en échange d’une démonstration. Qu’en dis-tu ? »

Puis sans vraiment attendre sa réponse et en usant du précepte « qui m’aime, me suive. », je me détourne et poursuit mon chemin jusqu’à cet établissement, au coin de rue qui n’était autre que ma destination première. Sur la devanture, des néons grésillant illuminent les lettres gangrénées de saleté. L’Oasis. Le « A » rose clignote sporadiquement alors que je pousse la porte d’entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Mar 14 Fév 2012 - 11:17

« Hum… psychométrie ? »

Naga ne répondit rien, à trop faire le malin certains côtés de sa personnalité se découvraient. Cette Sith n’était donc pas si bête que ça pour sortir une telle réponse si facilement, un minimum cultivée quoi. Il faut dire que d’apparence le Kiffar ne ressemblait absolument pas à ceux de son espèce. Son visage blanc était dépourvu du moindre tatouage. Seul ce don, touchant une infime partie de sa race, révélait son appartenance aux Kiffars. L’adolescent observait cette Mirilian avec une curiosité à peine dissimulé. Comme à chaque fois qu’il rencontrait une personne un peu captivante, le jeune Llord détaillait son interlocuteur de bas en haut, cherchant à savoir quelle sorte de personne pouvait se cacher derrière une cape, un visage, une peau verte… Ah la curiosité des enfants… La femme devant lui ne semblait pas montrer de signe d’agressivité ou d’énervements aussi forts que son Maître, du coup le jeune apprenti ne se sentait pas immédiatement en danger. C’est qu’il avait connu pire…

Lorsque l’on est aux côtés de la Seigneur Sith Sinya il faut en effet s’attendre à tout moment à passer du côté « persona non grata ». Une épée de Damoclès à laquelle Naga avait fini par s’habituer, la peur ne réglait pas ce genre de menace, il fallait de l’appui, de la confiance, mais aussi une bonne dose de culot mêlé à quelques gouttes de prudence. Ne jamais pousser le bouchon trop loin…


« Vexant ? »

I
l avait presque murmuré ce mot, comme un écho à la phrase de la Sith.

« Tu sais, si vraiment tu avais décidé de me tuer ou de me couper un bras, c’est pas en courant que j’aurai pu m’échapper… pis j’ai connu des insensibles à la Force bien plus effrayant que toi… »

D
e longs cheveux ébène, une voix suave et un doux visage malgré des sourcils légèrement froncés, oui il y avait plus effrayant en termes de Sith. De plus, l’adolescent aurait beaucoup plus de chance de s’en sortir en criant haut et fort « Attention, Jedi ! » qu’en tournant le dos à sa poursuivante pour s’échapper.

« Ne le prend pas mal, ça peut être un atout de ne pas avoir ‘Vilain Sith’ de marqué sur son front. »

U
n fin sourire amusé glissa sur son visage alors qu’un plus franc illumina soudainement son visage à l’idée de pouvoir manger.

« Deal ! »

S
uivant la femme à la bure violette sans traîner, Naga observait d’un œil amusé les regards qui se tournaient sur le passage de la belle dame. Coruscant avait beau être une fourmilière, certaine personne se faisait d’avantage remarquer que d’autres. Le Kiffar avec sa taille d’asticot avait là un bel avantage, bien trop jeune pour plaire à qui que ce soit… à part quelques pervers, mais ça c’est une autre histoire ! Prenant attention à ne pas perdre la Sith de vue, ils finirent par arriver à destination. Ravalant ses questions habituelles, Naga suivit l’avancée de la Mirilian pour pénétrer dans l’Oasis.

Très vite il devint évident que le lieu n’avait rien de paradisiaque. A croire que Nar Shaddaa n’était pas la seule planète à avoir ses bars et ses lieux miteux et peu accueillant. A un seul détail près, sur Nar Shaddaa il s’agissait plus d’une norme, les endroits étant légions, au contraire de la capitale de la République qui elle comptait tout de même des endroits plus fréquentables. Un comptoir poussiéreux, des pochtrons avachis, une baston en cours et… mais oui un tabouret qui volait dans leur direction. Ignorant qu’il en ferait bientôt son arme de prédilection, Naga se baissa instinctivement, évitant de se retrouver assommé.


« Charmant endroit pour un rencard… »

L’
adolescent avait parlé d’un ton monocorde mais déjà la plupart des regards se tournaient vers eux. Quelques sifflements accompagnèrent l’arrivée de la Sith tandis que des remarques purement intellectuelles jasaient déjà.

« Fallait pas venir avec ton marmot ma jolie, on t’aurait pas laissé t’ennuyer toute seule. »

Quelques rires gras résonnèrent, faisant voler des volutes de fumées et de poussière de ci et là. Impassible, Naga se contenta de tourner un regard inquiet vers la Sith.


« Dis, t’es sure que c’est comestible ce qu’ils servent à manger ici ? »

I
l n’était pas difficile, surtout quand la faim lui tiraillait le ventre mais quand même ! Jetant un énième regard douteux sur l’assemblée il poursuivit.

« Et c’est quoi la petite démonstration que je dois faire au fait ? »

E
ssayant déjà de remarquer les hommes armés, de ceux trop ivres pour bouger de leur chaise, Naga était partagé entre la perspective d’un bon jeu et les mauvais souvenirs qu’il gardait de tels lieux… Mais après tout, il était accompagné non ? Par une Sith venait juste de détrousser d’accord… Bon en fait, si la situation dérapait il serait mal.
Revenir en haut Aller en bas
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 487
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Mar 21 Fév 2012 - 9:48

Les sifflets saluent notre entrée, ponctuée de grognement et de railleries, mais je file vers le fond de la salle, indifférente aux altercations musclées qui propulsent un tabouret vers nous, imperméable aux propositions déplacées qui se lèvent à notre passage. L’Oasis. Un nom bien inadapté pour cet endroit miteux et glauque, entassant dans un espace confiné un échantillonnage impressionnant d’individus aussi grossiers que louches. A croire que l’endroit est devenu le repère privilégié de toute la lie de Coruscant… D’un geste j’invite mon petit compagnon à prendre place, alors que je m’installe moi-même en face de lui, sur une banquette élimée.

« Comestible, surement… Bon, c’est une autre histoire. Je suppose que lorsqu’on a réellement faim, n’importe quoi semble à peu près délicieux. Mais si tu préfères jeuner… à ta guise. »

Je comprends ses réticences, ce taudis ne m’inspire pas davantage confiance pour sa gastronomie que pour ses clients dont les œillades insistantes ne cessent de nous déshabiller. Un relent de conscience m’interpelle, fustigeant ma décision de trainer l’adolescent dans ce bouiboui malfamé. Sans parvenir à le faire taire complètement, je choisis de l’ignorer.

« Et c’est quoi cette petite démonstration que je dois faire ? »

« Rien ne presse » affirmais-je en voyant la serveuse se diriger vers notre table.

Chaloupée et encore séduisante sous les artifices d’un maquillage trop prononcé, la Twi’lek se penche vers le gamin, arborant un sourire resplendissant et un décolleté tout bonnement vertigineux.

« Oh mais c’est qu’il est tout mignon avec sa bouille de sauvageon ! Alors mon petit sucre, tu veux quoi ? »

Ses doigts bleutés, pareilles à des serpents, se faufilent entre les mèches rebelles de mon invité. Ma bouche se pince d’une moue, mes iris miroitent d’un profond agacement doublé de mépris. Ses grands airs de séductrices me donne la nausée… faire du charme à un enfant, n’a-t-elle aucune moralité ? Mes dents s’abîment sur le galbe de ma lèvre et je réplique sèchement.

« Votre plat du jour pour lui avec un lait bleu, et un tatooine sunrise pour moi. »

Son comportement attire mes souvenirs, comme un écho troublé de mon passé. Je lutte pour ne pas céder à cette colère que je sens poindre du tréfonds de mon âme. Alors que mon regard brûlant la déchiquète, elle s’éloigne dans un déhanchement provocateur. Fieffée garce ! Mon attention s’accroche à ses pas telle une ombre durant quelques secondes, avant de retourner sur la silhouette frêle de l’adolescent.

Mes coudes, s’ancrent sur la table formant les deux piliers d’un pont de doigts où repose mon menton. Je respire longuement pour refouler les dernières bribes de mes sombres pensées et les chasse dans un soupir mélancolique. Pas d’esclandre. Pas d’ennuis. Pas de remous. Mes paupières se closent sur une mer bleue houleuse, et mes lèvres s’ourlent d’un sourire factice alors que je m’ouvre aux chants harmonieux de la Force.

« Tu as un nom, j’imagine ? » demandais-je en ouvrant mes prunelles sur un océan apaisé autant par curiosité que pour briser le froid jeté par la serveuse.

Ma voix est redevenue caressante et amicale. Elle l’encourage à se révéler et comme pour l’inciter davantage à la confidence. Son pouvoir de psychométrie m’intrigue, mais on n’attire pas les mouches avec du vinaigre alors je me contente d’apprivoiser ce petit chat sauvage avec un peu de nourriture. Peut-être alors me racontera-t-il ce qu’un enfant avec un tel don fait dans les rues de Coruscant.

La porte du club s’ouvre à nouveau pour décharger son lot de mines patibulaires. Cette fois-ci, le groupe ne se compose que d’humains, à la barbe naissante, aux tuniques crasseuses et aux faciès vérolés. Mon sourire déserte mes lèvres, et je sors d’un des plis de ma bure un hologramme. Je l’observe futilement, quelque seconde comme pour réanimer le souvenir d’un visage dont je connais parfaitement les moindres détails. Les reliefs de son front, de son nez, de sa bouche s’ébauchent dans mon esprit avec émotion mais je demeure de givre, droite et glacée. Assurément l’adolescent aura noté cette froide aura qui m’enserre dans son écrin d’hiver. Assurément relèvera-t-il les frimas de mon regard et le rictus carnacier qu’arbore ma bouche en cet instant. Qu’importe… Lentement, je fais glisser l’holo entre mon index et la table, jusqu’au garçon, puis je m’adosse à la banquette tout en croisant les jambes.

« J’espère que tu es réellement aussi doué que tu le prétends. » commençais-je en jetant un regard de bais en direction du bar. « En tout cas nous avons un accord. Alors voilà ta cible. Si tu veux manger, il te faudra lui prendre son datapad. Tu penses pouvoir en être capable ? »

Comme une alliée impromptue, comme une incitation, la Twi’lek réapparait, les bras chargés d’un plateau odorant. Loin d’être aussi ragoutante qu’imaginée, l’assiette placée devant Naga, dégage un fumet particulièrement appétissant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Jeu 1 Mar 2012 - 21:28

Comme une mouche agaçante qui vous tourne autour, Naga avait agité la main comme pour faire fuir la serveuse. Il n’aimait pas les contacts et encore moins avec d’illustres étrangers. Les tentatives grossières d’approches de la Twi’lek n’évoquaient rien en lui, la docilité et la soumission, traits de caractères recherchés par bien des hommes chez les femmes, n’attiraient en aucun cas l’apprenti. Trop jeune aussi, il était d’avantage fasciné par les femmes de pouvoirs, de caractères, le genre qui vous électrocute et vous fait valser d’un bout à l’autre de la pièce. Et il en avait rencontré des comme ça au cours de ces dernières semaines… Le Kiffar n’avait d’ailleurs pas daigné répondre à la serveuse, la Sith s’en étant chargée. Naga quand à lui espérait en silence que le dit plat du jour ne lui retourne pas les entrailles.

La femme de l’ombre ne semblait pas d’avantage apprécier cette serveuse tape à l’œil, mais alors vraiment pas… Ignorant l’origine d’un tel agacement, Naga préférait profiter du silence établie pour arpenter la salle du regard une nouvelle fois. Observant ça et là des bobines de poussières et des tâches douteuses jonchant le sol, l’adolescent n’était plus aussi sûr d’avoir faim… Frissonnant en imaginant l’état de la cuisine et des plats confectionnés, l’apprenti visualisait très bien dans son esprit un cuisinier rondelet aux mains dégoûtantes, crachant allégrement dans son futur repas. Heureusement pour lui, la Sith se décida à briser le silence, et ses mauvaises pensées par la même occasion.


« Naga. Et toi ? »

R
apide et cash comme à son habitude, l’enfant ne s’étendait pas en histoires et en confessions, plus curieux que bavard il avait les oreilles bien plus pendues que la langue. Mais pour l’instant il ne s’était pas lancé dans le mensonge, c’est donc que cette jolie femme l’intéressait. Oh non pas pour sa beauté charnelle, le Kiffar avait bien d’autres soucis pour le moment et de plus cette étrangère était bien trop vieille. Elle aurait pu être sa grand-mère facile ! Non la Sith intéressait l’apprenti pour ce qu’elle semblait valoir, le garçon vouait une grande admiration voir une adoration pour les êtres du sexe opposé au sien, des femmes de pouvoirs, de savoir, érudits, guerrières, les deux à la fois. Un complexe d’Œdipe mal digéré diagnostiqueraient certains, mais Naga n’en avait cure, plus que ça il ne s’en rendait même pas compte. Il était foncièrement sincère avec les personnes qu’il jugeait digne car, oui, il jugeait énormément de personne sur un tas de critères. A tort ? Et alors ?!

Naga pencha sa tête sur le côté, attendant la suite des festivités qui ne tarda pas à arriver, au final ce petit homme savait être patient… parfois… Observant le visage sur l’hologramme puis le groupe de personnes entrant, de nouveau l’hologramme. Un instant de réflexion seulement lui fut donner avant que la Twi’lek revienne sur ces entrefaites, cette assiette était la tentation même et Naga se rappela soudainement qu’il avait très faim. Se levant doucement en jetant un dernier regard empli de regret à sa gamelle.


« J’espère que ça n’aura pas le temps de refroidir… »

U
n fin sourire lancé à la Mirialan et Naga s’empara de son tatooine sunrise.

« Je t’emprunte ça. »

U
n clin d’œil et un sourire amusé et l’enfant s’élança avait que la Sith réclame son nectar. Direction la table des… des quoi déjà ? Oh peu importe ce qu’ils pouvaient bien être. Naga avait sa petite idée pour arriver à ses fins et se remplir au plus vite la panse. Se rapprocha discrètement de la tablé, le Kiffar resta à deux pas des premières chaises, dandinant d’un pied sur l’autre comme s’il était en proie à une grande timidité. Quelques instants à peine et son manège commence à marcher, un des loubards se retourne.

« T’as la courante mon gars ? Les toilettes c’est pas par là. »


« C’est pas ça Monsieur… »

A
vançant à petit pas comme s’il essayait de rassembler son courage, Naga se pencha sur la table, comme s’il voulait entrer en confidence avec eux. Avec douceur il posa le sunrise au milieu de l’assemblée.

« C’est la serveuse qui m’a demandé d’apporter ça à cette table, ‘pour le plus beau garçon’ qu’elle a dit. Visiblement y en a un de vous qui a une touche. »

C
omme pour appuyer ses dires, Naga fit un bref coucou de la main à la Twi’lek qui essuyait une table dans le fond de la salle. Celle-ci lui répondit avec un grand sourire charmeur, faisant tressaillir l’ensemble des joyeux lurons, certain s’en léchant déjà les babines. Le plus élégant de la tablée apostropha le Kiffar.

« Et pourquoi elle est pas venu le porter elle-même cette jolie demoiselle ? Elle est trop timide ? »

« Oh non pas Monsieur, pour tout vous dire, lorsqu’elle est venu commander y a un pervers qui lui a tâté les fesses. Alors elle voulait pas le couvrir de honte rejetant ses avances mais ce sunrise elle souhaitait vraiment l’offrir. »

« A qui ?? »

Les hommes se faisaient de plus en plus pressant et Naga retenu habilement un sourire de satisfaction.

« Au plus beau garçon de la table bien sûr, je n’y connais rien en goût de femmes moi je peux pas vous dire de qui il s’agit. Il se reconnaîtra qu’elle a ajouté. Déjà vous pouvez être sûr que c’est pas celui qui lui l’a touché. » Ajouta le garçon, plein de bon sens.

A
la tablée la confusion était à son comble, car pour ses hommes qui se connaissaient bien, le plus beau était également le plus pervers, s’il venait à être évincé du lot, le cocktail pouvait s’adresser à chacun d’entre eux. Quand au joli minois il était bien placé pour savoir que ses mains n’avaient touché aucunes fesses depuis son arrivée en ces lieux. Cette situation, Naga n’avait pas pu la prévoir, ce qui expliqua que son plan tourna bien plus vite qu’il ne l’avait prévu. Avec grande satisfaction l’apprenti Sith écouta la conversation dégénérer.

« Si c’est pas Moca alors c’est forcément moi ! »

« Toi ? Avec ta calvitie ? Mon pauvre vieux on dirait que les soleils de Tatooine te les ont cramé jusqu’au dernier. C’est plutôt moi qu’elle intéresse ! »

« Faudrait pour ça aimer les bourlets. »

« Ta femme elle les aime bien, mes bourlets ! »

« Quoi ?? Répètes un peu pour voir ! »

« Ta femme elle les… Crummmfff. »

Bourlet-man venait de se manger le poing de n’a qu’un œil, visiblement outrée que son laideron de femme l’est trompée avant lui. De son côté le pas trop laid Moca protestait à qui voulait l’entendre.


« Stoppez un peu les gars, c’est moi qu’elle veut. »

« Et l’autre là-bas il boit le verre ! C’est pas pour toi l’affreux ! »

Bientôt d’autres coups s’échangèrent pour des raisons tout aussi futiles, et chacun en vain à se ruer dans une belle bagarre de comptoir. Esquivant une assiette qui volait, Naga s’accroupit assez pour se trouver à niveau du sac de sa cible car c’était derrière sa chaise qu’il avait veillé à se placer. Furtivement sa main se glissa dans la première poche mais il ne sentit rien ayant le touché d’un datapad. Se relevant souplement pour ne pas éveiller les soupçons, l’apprenti fut bientôt obligé de se baisser à nouveau pour éviter une lourde carafe cette fois-ci. Visant la deuxième poche, la plus grande, le Kiffar poussa un petit « hourra » en sentant ses doigts se refermer sur le précieux objet. Enfin précieux, précieux, c’est ce qu’il imaginait. Le glissant avec douceur dans sa poche, il se releva un instant pour observer ce beau champ de bataille. Au même moment le patron de l’Oasis arrivait en fulminant, tirant Naga derrière lui au passage.

« Eloignes toi gamin, ces sales ivrognes vont te faire mal. »

Le gamin en question ne se le fit pas dire deux fois, sautillant presque il rejoint la Mirialan pour s’attabler avec soulagement. Engloutissant goulument les trois premières cuillères Naga ne put retenir un « mmmmh » de ravissement. Rien de tel qu’un bon repas après un travail bien accomplis.


« C’est pas si dégueux, j’ai pas envie de savoir ce que c’est, mais ça se mange ! »

E
t le datapad ? En passant à ses côtés le Kiffar le lui avait tout simplement posé sur les genoux. La bure et la table aidant, bien malin celui qui aurait repéré la fine tablette. La Sith elle pouvait bel et bien sentir le métal froid au travers de ses habits. Mangeant avec appétit, le garçon s’arrêta à peine pour lui lancer un air faussement désolé.

« J’ai pas pu te ramener ta boisson elle a été contaminé par le mec à la verrue mais si tu veux tu peux boire mon verre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Darth Velvet
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
l~l~l~l Maître Jedi Gris l~l~l~l
avatar


Nombre de messages : 487
Âge du perso : 35 ans
Race : Mirialan
Binôme : Acolyte et élève occasionnel : Ragda
Apprenti : Meifa Phrei

Feuille de personnage
Activité actuelle:
HP:
100/100  (100/100)
PF:
70/100  (70/100)

MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Jeu 8 Mar 2012 - 15:16

« Velvet » ai-je répondu laconiquement sans extrapoler davantage sur ma réelle identité ou le surnom que les miens m’attribuent.

Mon regard se pose sur la bouille encore enfantine de l’adolescent. Il ne m’a dit que son prénom mais je ne peux m’empêcher de m’interroger sur lui. A-t-il encore ses parents ? Pourquoi traine-t-il dans les rues à délester les passants alors que son don de psychométrie se révèlerait assurément un atout, auprès de certaines… corporations. Bien intentionnée... ou non. N’a-t-il donc personne pour veiller sur lui ?

Alors qu’il m’emprunte le cocktail, dont je devine une quelconque utilité dans ses plans pour gagner son repas, je ne peux m’empêcher de ressentir un ersatz de tendresse pour ce petit bout d’homme à la fois effronté et résolu. En tout cas j’admire son adresse et son ingéniosité tandis qu’il fraye sans sourciller avec la lie de ce monde. Beaucoup de gamins auraient renoncé devant les mines patibulaires et renfrognées. Pas lui. Non. Et même si quelques bribes de conversations, ponctuées d’éclats de plus en plus bruyants, me parviennent partiellement, je comprends parfaitement son manège. Obtenir une diversion pour plonger sa patte dans la poche et récupérer le datapad est rusé mais user du vieil adage « diviser pour mieux régner » est passablement machiavélique, surtout lorsque l’objet de discorde s’attache à la plus grande faiblesse masculine.

Profitant de cette vision divertissante, je m’adosse plus confortablement à la banquette élimée, croisant mes bras sous ma poitrine. Les hommes entourent l’adolescent mais je n’ai plus aucune inquiétude pour lui. Les remords qui m’avaient assaillis, tantôt, se sont dispersés devant son inébranlable assurance et la réussite plus ou moins annoncée de son stratagème. Les esprits s’échauffent, le premier poing part et le début de la diversion tant désirée par Naga commence. C’est à peine si je le remarque faire les poches du contrebandier alors qu’une bagarre s’engage férocement près du comptoir avant de le voir revenir en trottinant, une expression presque angélique glissée sur sa frimousse.

« J’ai pas pu te ramener ta boisson elle a été contaminé par le mec à la verrue mais si tu veux tu peux boire mon verre ! »

Il a déjà commencé à dévorer son repas, comme s’il n’avait pas vu de nourriture depuis plusieurs jours. Je remarque même un filet de sauce dégouliner de la commissure de sa lèvre. Je souris, amusé de son attitude d’ogre affamé, satisfaite de ce qu’il m’a rapporté. D’un mouvement furtif, je glisse dans l’un des plis intérieurs de ma bure, le précieux objet.

« C’est gentil… mais tu sais c’est ton repas, tu l’as bien mérité et amplement gagné. »

Plus loin l’agitation semble se calmer.

« Tu n’as pas eu peur ? »

Ou peut-être que non… J’ai comme la désagréable sensation que tout le petit groupe accompagné du Patron converge sensiblement dans notre direction. Un soupir se glisse entre mes lèvres et j’ai la nette impression que les événements tendent à devenir désagréables. Comme un pressentiment agaçant, je sens un frisson remonter le long de mon échine.

« Hummm… tu sais ton idée était drôlement efficace mais… »

D’un mouvement du menton, je désigne la délégation qui s’avance vers nous.

« … peut être insuffisamment discrète. »

Les possibilités dans ce genre de situations restent invariablement les mêmes. Si je n’ai pas envie de faire un esclandre, je sais, qu’inévitablement nous en arriverons là à un moment ou à un autre. Autant se préparer aux ennuis plutôt que d’attendre bêtement qu’ils arrivent. Je me demande un instant si Naga notera les changements de mon aura puisqu’en tant qu’utilisateur de la psychométrie il se doit d’être sensible aux fluctuations de la Force. Et puis sans plus me poser de question à ce sujet, je relâche une salve de force en direction des deux drones-caméra de surveillance dont j’ai relevé la présence. Une étincelle, un court-circuit, et je les sais à présent complètement aveugles alors que le patron alpague Naga en lui posant une main rude sur l’épaule.

« Alors gamin, on s’amuse à embrouiller mes clients… »

J’hausse un sourcil, ma main se pose sur l’avant bras de l’adolescent comme pour lui signifier que c’est à moi de répondre et non à lui.

« Fous lui la paix, tu vois bien qu’il mange. C’est un enfant, pourquoi tu veux qu’il vienne embrouiller tes clients ? »

Derrière le patron, les faciès se déchirent de larges sourires, visiblement ma stature n’impose pas vraiment le respect. Dommage… pour eux.

« Et bien ma jolie, le problème on l’a avec le gosse mais si tu veux on peut aussi s’occuper de ton cas. »

Rires gras. Je reste impassible. Ma voix se fait hivernale.

« Si tu as un problème avec lui, alors tu as aussi un problème avec moi. »

« Y’a un tas de problèmes que j’ai envie d’avoir avec toi » continua la victime du vol qui ne semblait pas s’être réellement aperçu de la perte de son datapad.

Des doigts boudinés frôlement désagréablement le tissu de mon épaule. S’il marque un territoire qu’il veut s’approprier, pour moi ce geste attise ma hargne et ma vindicte encore plus surement que le soufflet attise la flamme. Je ne supporte pas le contact d’autrui s’il ne nait pas d’une volonté de ma part. Me toucher… assurément sa plus grande erreur, et vraisemblablement la dernière…

« C’est donc cette main que tu veux perdre en premier » annonçais-je d’une voix rauque, toute amabilité effacée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   Mar 3 Avr 2012 - 10:27

« Nop, pas peur. »

S
es épaules se relâchant après un haussement d’indifférence, Naga continua d’engloutir son repas avec appétit. La peur n’était pas un sentiment très connue de l’apprenti, non pas par bêtise, par bravade masculine ou par naïveté, non si le Kiffar était rarement tremblant c’est qu’il n’avait pas grand-chose à perde. Rien à perdre en fait. La seule personne pouvait regretter quelques secondes sa disparition était Darth Sinya, mais ce serait d’avantage un ennuie logistique que sentimentaliste. Enfin on devait lui reconnaître une chose, l’Iktotchi dans son instruction savait déployer des trésors de patience pour expliquer bon an mal an les bases des arcanes Siths à son jeune apprenti qui n’y connaissait pas grand-chose… Oui, sans doute était-il bien chanceux d’être tombé sur cette Seigneure Sith… à moins que ce ne soit elle qui tomba sur lui. Encore une fois, la douce voix de Velvet le tira de ses pensées et il leva momentanément son regard de son assiette.

Pas le temps d’ouvrir la bouche que déjà l’adolescent senti la lourde mimine du patron s’abattre sur son épaule. C’est qu’il avait de la force le bougre ! Avec un tel poids sur l’épaule Naga avait bien du mal à faire venir la nourriture jusqu’à sa bouche… un très regrettable détail… Aussi étonnant que ça puisse paraître la Sith prenait sa défense, elle aurait tout aussi bien pu le lâcher là au milieu de ce troupeau de mauvais bougres, mais non… A moins que ce ne soit pour éviter qu’il la désigne comme la voleuse de datapad, son propriétaire ne semblait pas avoir réalisé la disparition de ce précieux. Enfin précieux, précieux, cela restait à prouver.

Avec la vague impression que la Sith prenait les choses en main, Naga ne se donna pas la peine de se retourner ni de répondre aux invectives le concernant. Cela eut sans doute pour conséquence d’énerver un tantinet d’avantage le patron qui commença à le secouer.


« Sale gosse ! T’es sourd ou quoi !!? »

En face de Naga la tension semblait également monter d’un cran, on pourrait bientôt voir des flammes brûler dans le regard de la Sith. Ces hommes ne prenaient pas conscience du danger qu’ils encouraient… Décidé à rafraichir légèrement l’atmosphère, l’apprenti avisa un pichet lourd d’une boisson non-identifié sur sa droite. Respirant calmement, le jeune Llord entreprit de soulever le récipient grâce à son pouvoir de télékinésie. Le résultat était encore un peu chancelant mais Naga avait eu l’occasion de s’entraîner régulièrement depuis sa première leçon avec Sinya. Peu à peu le pot se rapprocha de sa victime, le groupe ne s’en rendant guère compte, trop accaparé par nos deux protagoniste et bientôt un liquide verdâtre dégoulina sur la trogne du patron, le faisant lâcher aussi sec l’épaule de l’ado pour passer ses mains avec frénésie sur son visage trempé.

« Mais quel est le… qui… »

Faisant reculer rapidement le pichet vide par la pensée, Naga le plaqua avec force contre le thorax d’un homme qui l’attrapa par réflexe. Au même moment le patron se retournait pour découvrir l’auteur de cette mauvaise plaisanterie.


« Toi… »

« Moi ? Mais non mais attends mais… »

De nouveau un poing parti alors qu’une fourchette se plantait dans un met succulent, remontant de nouveau vers la bouche de Naga.

« Mmmmh c’est quand même sacrément bon ! »

L
a scène commençait à tourner au drame d’un côté comme de l’autre et le jeune Llord se doutait que bientôt ils devraient s’enfuir. Alors autant finir de manger tant qu’il en était encore temps. Reposant son regard sur la Sith, Naga chercha à savoir si l’autre abruti avait toujours ses deux mains accrochées à ses bras…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Petite balade clandestine en mauvaise compagnie [PV Darth Velvet]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Coruscant-