La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Loin des rires... [PV Kilip Jino]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Loin des rires... [PV Kilip Jino]   Mar 4 Jan 2011 - 18:25

:arrow: Viens d'ici

Ils se trouvaient à présent dans le dortoir des padawans, face à la multitude des couloirs desservant les chambres individuelles et quelques peu spartiates destinées aux aspirants. Le grand Barabel avait marché en tête le long du trajet reliant l'entrée principale du temple aux quartiers des jedis, ouvrant la voie à son futur camarade. Il avait fait au plus simple, considérant que le Jawa aurait tôt ou tard le loisir de visiter plus amplement son nouveau chez-lui. L'essentiel était pour l'heure de conduire Kilip jusqu'à un endroit qu'il puisse considérer comme personnel et rassurant dans cet univers si dépaysant (un désir qui s'était également emparé de Ragath lors de son arrivée).

En chemin, l'élève saurien avait commencé par soulever sans peine le bagage du garçon de Tatooine (chose peu surprenante, puisqu'il ne contenait, au dire de se dernier, que le minimum de rechanges requis pour un Jawa, plus quelques pièces détachées) avant de se mettre en marche tout en écoutant attentivement les interrogations de Kilip. Ça allait être une première, pour le reptiloïde : il n'avait jamais joué les instructeurs, auparavant. Le natif de Barab I s'était toujours contenté de croire que seuls les aînés étaient suffisamment sûrs de leurs connaissances pour les transmettre.


"Je me demande, à quoi ressemble véritablement l'entrainement des Jedi... De l'extérieur, il n'y a que des on dit, comme le fait que vous soyez des sortes de moines reclus, ou alors des guerriers ne travaillant que sur leur art du combat, ce qui leur donnait cette force et le respect que les autres leur vouent. Mais qu'en est il vraiment ?"

La question surpris légèrement l'interpellé, qui masqua son étonnement en réajustant sa prise sur la lanière du sac en toile qu'il tenait. Lui n'avait pas entendu parler des rumeurs circulant sur l'Ordre Jedi avant d'être repéré par sa première mentor. Par la suite, certains échos, commentés par les camarades du Barabel, lui étaient parvenus. Toutefois, Ragath ignorait jusqu'alors que des gens ne voyaient en les Jedis que des bretteurs expérimentés dont la vie était dédiée à l'art du Combat. Il choisit ses mots soigneusement, le regard dans le vague, s'exprimant lentement mais avec conviction :

" L'entraînement d'un Jedi... En fait, on parle plus souvent de formation... Entama le guide en tournant souplement sa tête vers Kilip. ... A pour but principal d'inculquer à l'élève les préceptes fondamentaux qui régissent la vie de tout disciple de la Force. En ce sens, les on dit sont fondés : nous vivons en effet isolés des autres, et passons beaucoup de temps à méditer. On est encouragé à ne plus rien posséder, si ce n'est notre sabre laser, la distinction de notre ordre. Même de part nos vêtements, nous sommes semblables aux moines ! Mais cela va bien plus loin : la formation Jedi vise à te faire devenir un gardien de la Justice et de la Paix, pas un dévoué pénitent. Tous mesurés que nous soyons, nous ne pourrions agir efficacement en nous reposant uniquement sur des paroles de sagesse et une méditation régulière. "

Un sourire de connivence se forma sur la bouche dépourvue de lèvres du saurien, qui marqua une pause afin de reprendre son souffle. Il réorganisa ses idées, puis reprit son exposé, à présent plus sûr de lui :

" La Force, cette énergie qui circule en toute chose et relie au travers de la Galaxie chaque être, constitue la meilleure alliée de tout jedi. Du fait de sa nature particulière, il est à même de la manipuler, et de l'utiliser afin de faire triompher les valeurs défendues par son ordre. Manipuler la Force est un exercice ardu, qui demande beaucoup d'entraînement et qui occupe nombre d'heures durant la formation. C'est de plus un domaine imprévisible où n'importe qui, du plus médiocre au très doué, peut se révéler excellent, ou à l'inverse malhabile. L'affinité que l'on a avec la Force dépend de critères mystérieux que seuls les plus sensibles savent détecter. Pour ton information... Glissa rapidement le Barabel en baissant la voix ... Je me considère comme l'un des plus médiocres aspirants pour ce qui est de cette discipline. Enfin... Acheva l'écailleux en bure ... La formation d'un padawan ne saurait être complète sans un entraînement au maniement de son arme. Le combat au sabre est le troisième grand axe de formation, et il comprend bien sûr la pratique d'exercices physiques réguliers. Cependant, les jedis sont loin de se focaliser sur cet aspect de leur philosophie, puisque leurs préceptes condamnent strictement l'usage de la brutalité. Un jedi considère qu'engager un affrontement est un défaite en soi. " Rappela l'aspirant de Barab I en guise de conclusion.

Ragath craignait que son monologue enrichi en détails inutiles n'ait douché l'enthousiasme perceptible de son jeune interlocuteur, mais celui-ci ne montra aucun signe d'ennui et reprit sur sa lancée :


"Je sais que j'apprendrai plus tard, mais, il faut l'avouer, je suis un peu inquiet... Je ne connais que le commerce et l'informatique, deux choses à laquelle se sont limités les membres de mon clan, et même de mon peuple. Vous êtes grand et fort, vous devez donc avoir un avantage sur des êtres tel que moi, non ?"

Cette fois, la réponse du reptiloïde ne tarda pas.

" Kilip, nous sommes tous différents dans nos physiques... Ici, tu découvriras une variété très importante d'espèces, un cortège très disparate d'individus réunis par un point commun : le don rare et précieux de pouvoir influer sur la Force. Pour la très grande majorité, la Force n'est qu'un courant aussi invisible, imprévisible et impalpable que l'air ; mais pour les gens comme toi ou moi, elle peut devenir un flux perceptible sur lequel on peut avoir une emprise, comme le cheminement d'un cours d'eau dans le lit d'une rivière. Personne ne sait comme faire, au début. C'est là la finalité de ta formation : t'épauler dans ton assimilation des préceptes jedis et dans ta recherche de tes points forts. Tu trouves peut-être que je suis imposant, néanmoins j'achèterais sans méfiance un vieux speeder cabossé dix fois son prix ! Et je ne parle pas de mes compétences en informatique, qui sont désastreuses... Comprends bien que personne n'est dépourvu de talents. A toi de cerner les tiens, et de t'en servir à bon escient. "

Ces mots si plein de justesse et d'encouragements, n'étaient bien entendu pas de Ragath. Le Barabel n'aurait jamais su rassurer avec autant de pédagogie un élève inquiet et doutant de ses compétences. Le discours provenait en réalité d'Asséa Thalmé, qui l'avait prononcé à l'adresse de son jeune padawan durant le voyage les conduisant à Ondéron. Une entente mutuelle s'était déjà précocement manifestée entre la chevalier Jedi et le sauvageon d'une planète laissée en jachère, et la douceur du moment avait gravé chaque mot dans la mémoire si capricieuse du saurien. Il ne lui fut pas difficile d'adapter la tirade aux circonstances, mais ce fut nettement plus ardu d'ignorer les souvenirs qui y étaient accompagnés. De splendides yeux bleus, une bouche sensuelle souriante et bientôt le visage fin si souvent rêvé se matérialisèrent de douces secondes dans l'esprit du distrait padawan avant qu'il ne parvienne à les en chasser fermement.

* Reprends-toi ! Contrôles donc un peu tes pensées, gros bêta ! Il n'y a pas d'émotions, il y a la Paix ; il n'y a pas d'émotions, il y a la Paix ; il n'y a pas d'émotions... *
Se répéta studieusement le grand aspirant amputé de sa queue, tout en s'efforçant de reprendre le fil de sa discussion avec le Jawa.

"Et puis, il parait que vous prenez normalement des gens nourrissons... J'ai tout de même huit ans, n'est-ce pas trop vieux ?"

* Je ne dois pas être si mauvais pédagogue que ça, si il continue à me poser des questions... Et puis ce regard ! Heureusement qu'il ne maîtrise pas encore la Force, sinon il briserait sans peine mes défenses vu la puissance de sa volonté à obtenir des réponses. Et moi qui croyait être incapable d'intéresser le moindre élève par mes enseignements ! *

" Nourrissons ? Répéta sans y penser le penseur auparavant solitaire. J'imagine que ce sont encore des on dit... Murmura plus pour lui-même le natif de Barab I, avant de rectifier à voix haute : En réalité, ce pourrait être vrai, si il pouvait y avoir un Jedi au chevet de chaque nouveau-né de la galaxie. Or, comme tu l'imagines bien, les effectifs actuels ne permettent pas une telle surveillance. Aussi, l'âge auquel un aspirant est recruté varie-t-il en fonction du temps qu'il met à être trouvé. Certains, nés dans des régions inexplorées ou très éloignées, ne sont même jamais repérés... Bien sûr, il existe un âge limite, fixé aux alentours de dix ans, au-delà duquel le conseil n'autorise plus la formation. Donc, ne soit pas inquiet pour ça, Kilip : tu n'es pas trop vieux. "

Ces paroles prononcées, le duo arriva à destination. Comme le reste de l'académie, le dortoir portait ses cicatrices de l'attaque récente. On avait raconté qu'un combat au sabre avait eu lieu dans l'une des chambres. Se tordant inutilement le cou pour vérifier si des sillons ou des traces de brûlures étaient visibles de sa position, Ragath jeta rapidement l'éponge. En revanche, son examen digne d'un contorsionniste lui indiqua une chambre au fond du couloir de droite dont la porte avait été laissée en position ouverte. Sans poser le bagage à terre (il n'était vraiment pas lourd), le reptiloïde conduisit l'ancien membre d'une guilde marchande à l'entrée de son futur domaine. La pièce était visiblement inoccupée, ce qui acheva de confirmer l'impression du guide improvisé qui déposa le sac au sol.

* Hé bien ! Ce n'était pas trop délicat, comme opération. On peut dire que je ne m'en suis pas trop mal tiré, pour une première fois. Peut-être que je pourrais proposer de devenir réellement un guide ? *
Soliloqua le Barabel avant de se rappeler qu'il était censé occuper tout son temps à l'étude sous toutes ses formes.

Une chose en amenant une autre, le padawan se souvint qu'il avait initialement prévu de consacrer sa journée au maniement du sabre, une fois n'étant pas coutume. Cependant, il ne pouvait se résoudre à partir comme un voleur, en laissant le jeune Kilip et son boitier un peu agaçant seuls au milieu d'un dortoir rempli d'inconnus. Aussi décida-t-il de prolonger un peu leur entrevue, histoire de laisser le temps au nouveau venu de s'habituer au décor du temple. Pour se faire, il aborda un thème plus léger, reprenant une seconde fois pour son compte les paroles de maître Thalmé :


" Voilà, c'est ici que tu dormiras durant tes années de formation. Il n'y a que des chambres simples, afin de faciliter la méditation. Donc pas de craintes à avoir : jamais tu n'auras à partager ton espace personnel avec un autre élève ! A présent, je vais te laisser installer tranquillement tes affaires, histoire que tu puisses te familiariser avec cet environnement. J'espère avoir répondu correctement à tes questions... Au pire, ton futur maître viendra bientôt combler toutes les lacunes que j'ai laissées, et rectifier toutes mes erreurs. "

Le loquace saurien tapota avec précaution l'épaule de son petit interlocuteur, prenant garde à ne surtout pas lui faire mal par inadvertance. Une expression confiante au visage, il plissa les yeux, affichant un sourire qui se voulait doux (mais qui conférait un aspect assez inquiétant à son faciès de prédateur) :

" Toi et moi, Kilip, nous sommes des padawans particuliers. Contrairement aux humains, aux Twi'leks ou aux Zabraks, dont l'histoire regorge de jedis célèbres, nous, sommes potentiellement les premiers de nos races respectives à manifester une réelle affinité avec la Force. Quoi que l'on fasse, les légendes se souviendront forcément de nous, ce qui n'est pas le cas de beaucoup d'autres padawans, qui ne peuvent plus se vanter d'être des pionniers de la force pour leur ethnie. Ceux-là doivent donc redoubler d'efforts pour marquer les pages de l'Histoire et éviter d'être redondant dans leurs exploits. Songes bien que tu es dès à présent une sorte de fierté pour ton peuple ! "

Le mot était peut-être un peu fort, mais Ragath songea que son camarade aurait tout le temps d'apprendre la modestie. Pour l'heure, il convenait surtout de lui maintenir le moral au beau fixe. De plus, le Barabel était quasiment convaincu de n'avoir à aucun moment affirmé une chose qui ne soit (partiellement ou en totalité) juste. Soutenir un nouvel arrivant sans lui mentir était parfaitement en accord avec le code des jedis, qui prônait la Compassion. On pouvait en revanche plus justement critiquer le ton, un peu trop prétentieux, de l'aspirant à écailles brunes et beiges. Mais personne n'était exempt de défaut...

[HJ] Je n'ai pas décrit la chambre, puisque c'est la tienne et que je n'ai pas à t'imposer quoi que ce soit U_U Libre à toi de le faire ou de t'occuper de ça plus tard, quand tu auras un moment (comme moi, qui ne m'en suis toujours pas chargé... >_>) [/HJ]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Loin des rires... [PV Kilip Jino]   Mer 5 Jan 2011 - 17:26

Toutes les questions de Kilip eurent des réponses, toutes allant dans l'idée que Kilip pourrait sans plus de difficultés que les autres, mais tout de même avec de nombreux efforts, devenir un Jedi compétent. Il garda quelques phrases en mémoires, bien qu'il se souvenait de toutes les réponses, mais certaines se gravirent dans son esprit :

*"Tous mesurés que nous soyons, nous ne pourrions agir efficacement en nous reposant uniquement sur des paroles de sagesse et une méditation régulière.", donc ce qu'on va m'apprendre ne sera que des principes, mais que je devrais adapter aux situations... Au moins, ce n'est pas une vérité absolue.

"La Force est un domaine imprévisible où n'importe qui, du plus médiocre au très doué, peut se révéler excellent, ou à l'inverse malhabile.", alors même si j'ai du mal, je peux tout de même progresser comme n'importe qui. *

Puis vint une petite phrase à voix basse sur les difficultés du reptiles qui firent sortir un petit glapissement de sous la capuche du Jawa. Ça lui montrait que sous leurs manières sages et toujours posées, les Jedi faisaient preuve d'humour et de sympathie, ce qui rassura encore Kilip, qui avait craint que les années qui allaient suivre seraient sans grande saveur et uniquement accès sur l'apprentissage.

*"Un jedi considère qu'engager un affrontement est un défaite en soi.", là je vais avoir du mal... Certes je ne vais pas me battre, mais j'ai tendance à être assez... impulsif. Donc il faudra que j'apprenne à me calmer.*

La suite lui apprit des choses importantes, comme le fait qu'il y aurait de nombreuses espèces différentes dans le temple, que tous étaient semblables dans leur affinité avec la force et que chacun devrait jouer de ses forces et que, à son grand soulagement, il n'était pas trop vieux pour entamer sa formation. Bon, il garda pour lui qu'il aurait quand même du mal comparé à ceux qui pratiquaient depuis quelques années de plus.

Un petit moment de silence lui permit de se rendre enfin compte qu'il avait été conduit dans un couloir laissant place à plusieurs chambres. Il allait bientôt arrivé à destination quand il vit d'autres traces de combat disséminées, un peu comme pour contredire tous les principes de paix qu'il venait d'entendre. Il décida de faire confiance à Ragath sur ces points, sachant que les marques de combat, vu qu'elles étaient à l'intérieur du temple, venaient forcément d'une attaque extérieure.


" Voilà, c'est ici que tu dormiras durant tes années de formation. Il n'y a que des chambres simples, afin de faciliter la méditation. Donc pas de craintes à avoir : jamais tu n'auras à partager ton espace personnel avec un autre élève ! A présent, je vais te laisser installer tranquillement tes affaires, histoire que tu puisses te familiariser avec cet environnement. J'espère avoir répondu correctement à tes questions... Au pire, ton futur maître viendra bientôt combler toutes les lacunes que j'ai laissées, et rectifier toutes mes erreurs. "

" Grand merci pour votre accueil, vous avez répondu à toutes les questions me venant à l'esprit. Et pour l'installation, " il récupéra son sac et le jeta dans la pièce sans trop regarder à l'intérieur avant que son boitier reprenne, " ça me prendra quelques minutes au maximum vu ce que j'ai apporté."

Après avoir posé sa main écailleuse sur l'épaule couverte d'insectes, qui s'écartèrent au contact pour véritablement laisser place à la peau sous la bure du Jawa, Ragath reprit :

" Toi et moi, Kilip, nous sommes des padawans particuliers. Contrairement aux humains, aux Twi'leks ou aux Zabraks, dont l'histoire regorge de jedis célèbres, nous, sommes potentiellement les premiers de nos races respectives à manifester une réelle affinité avec la Force. Quoi que l'on fasse, les légendes se souviendront forcément de nous, ce qui n'est pas le cas de beaucoup d'autres padawans, qui ne peuvent plus se vanter d'être des pionniers de la force pour leur ethnie. Ceux-là doivent donc redoubler d'efforts pour marquer les pages de l'Histoire et éviter d'être redondant dans leurs exploits. Songes bien que tu es dès à présent une sorte de fierté pour ton peuple ! "

Ces quelques mots, loin de rassurer le Jawa, l'inquiétèrent. Il n'avait certainement pas la même culture du mérite, car chez lui le mérite personnel comptait peu à coté du mérite du clan, mais là... Il allait être l'un des premiers Jawa Jedi et il n'avait jamais pensé aux conséquences de cette nouvelle. Cette fois ci, les yeux du jawa n'étaient plus si brillant quand il se tourna vers le reptile et que la voix métallique reprit :

" Je ne sais pas si c'est une si bonne nouvelle : ça signifie que quoi que l'on fasse, on sera regardé, et donc toutes nos erreurs risquent d'être retenues au même titre que nos mérites. Donc, en un sens, pour être vraiment la fierté de notre espèce, il faudrait que nous soyons justement au dessus de la moyenne des autres Jedi, que l'on ne se souvienne pas de nous comme des Jedi communs, car dans ce cas, nous n'apporterions rien aux nôtres. "

Il était désolé de devoir dire ça à son camarade qui, prédateur, devait avoir l'habitude des légendes où l'on ventait les combats ou les chasses glorieuses de ceux de son espèce, mais chez les Jawa, il y avait tout autant d'histoires montrant le manque de mérite de certains clans en exemple pour ceux risquant de déshonorer les leurs, il avait donc plus de facilité à voir la facette négative de la nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Loin des rires... [PV Kilip Jino]   Ven 7 Jan 2011 - 16:35

* Remarquablement bien raisonné. Instinctivement, ce jeune novice Jawa a senti que l'on ne devait jamais perdre de vue l'humilité qui guide la voie du Jedi. Dire qu'il n'a pas encore reçu la moindre formation... * Réalisa silencieusement le Barabel en entendant la réaction de son sagace vis-à-vis encapuchonné.

Ce rappel à l'ordre (involontairement formulé par Kilip) souligna précisément pourquoi le prétentieux saurien, bien qu'indiscutablement majeur, n'ait pas encore été autorisé à passer les Épreuves. Aux yeux du Conseil, Ragath n'avait pas tout à fait intégré certains des fondamentaux de la philosophie Jedi. De plus, en dépit de ses années de formation, sa maîtrise de la Force ne parvenait pas à dépasser la difficulté des exercices de base ; une chose que même une faible affinité avec la Force ne pouvait excuser.


* Mais toi, Kilip, tu sembles posséder la clairvoyance qui me fait défaut... * Envia l'aspirant en dardant songeusement sa langue hors de sa gueule allongée ponctuée d'écailles noires.

C'était étrange de constater que plus un padawan était jeune, meilleure son affinité se présentait. D'abord Luke, maintenant Kilip... Ragath ôta finalement sa main de l'épaule de son interlocuteur, avec peut-être un peu moins de fluidité et de lenteur qu'auparavant. Il considéra ensuite pensivement les deux points luminescents figurant les yeux du marchand de Tatooine. A cet instant, on y lisait une forme de curiosité respectueuse, une méfiance cultivée au cours des générations et un soupçon de tristesse, le tout donnant presque une couleur un peu différente du jaune aux taches lumineuses. Le Barabel éprouva un élan de sympathie pour ce nouvel arrivant, en dépit de son odeur corporelle légèrement repoussante. Son cœur désirait en apprendre plus sur le passé de Kilip, sa planète, comment et par qui il avait été découvert, etc. L'envie de partager ses propres expériences et souvenirs de Barab I tentait également fortement le grand reptiloïde, qui repoussa loin dans un coin de sa tête son sentiment de culpabilité grandissant. Il n'était pas supposé passer autant de temps à accueillir un nouveau, pas sensé s'en charger tout court. D'un autre côté, depuis que Maître Thalmé et lui avaient été séparés, Ragath n'avait plus vraiment l'occasion de discuter à cœur ouvert, et cela lui manquait.

A ces pensées, l'objet de sa sanction lui revint brusquement en mémoire, de même que les évènements qui avaient suivi. En apprenant que le Conseil n'avait pas vu d'un très bon œil la proximité qui s'était développée entre le maître et son élève, le padawan esseulé s'était juré de ne plus reproduire une telle erreur et de se dédier à sa formation corps et âme. Cette louable abnégation avait pour but premier de remplir de fierté son ancienne mentor, afin de se faire pardonner sa maladresse d'autrefois. Or, au grand dam du dévoué Barabel, il s'en était fallu de peu pour que l'Histoire ne se répète. Percevoir le piège dans lequel il avait manqué de tomber demanda plusieurs minutes au guide improvisé, qui trompa le silence en déambulant lentement dans la chambre du Jawa, baladant son regard comme pour en apprécier la décoration épurée. En vérité, ses yeux n'enregistraient pas le moindre détail, tout occupé qu'était son cerveau à réfléchir puissamment pour tirer péniblement ses conclusions (Ragath n'avait jamais été un très grand penseur).


* Maître Thalmé, comme vous auriez honte de moi... Je suis impardonnable ! * Se morigéna le pénitent à sang froid, avant de décider de retourner au plus vite s'entraîner. S'éloigner de toute tentation lui paraissait être une mesure plus qu'appropriée.

Retournant sur le seuil, il écarta prestement les pans de son ample bure dans le but d'extraire ses mains de ses manches trop longues, et croisa les doigts machinalement. retrouvant son élocution polie et douce, le natif de Barab I salua courtoisement :


"Bien ! Je souhaite sincèrement que tu te plaîses à l'académie d'Ondéron. Il me semble que j'ai plus qu'abusé de ton temps libre, c'est pourquoi je vais te laisser à présent. Ton maître ne tardera sûrement pas. Ce fut en tout cas un grand plaisir de faire ta connaissance, Kilip Jino de Tatooine. Et à toi aussi... Droïde. Pris de court, Ragath se reprocha intérieurement de ne pas avoir demandé le nom du boitier parlant quand il en avait eu l'occasion, et en fut réduit à improvisé sur l'instant. Nous nous reverrons probablement durant des cours communs, ou dans les couloirs du temple. Pour l'heure, permets-moi de te souhaiter (peut-être pour la première fois) : que la Force soit avec toi, jeune novice ! "

Il s'inclina en un dernier salut en réaction de la réponse de son interlocuteur, puis quitta le dortoir sans un regard en arrière, le visage progressivement plus déterminé, plus fermé. Ses pensées étaient déjà toutes tournées vers les différentes passes qu'il comptait travailler dans les heures qui venaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Loin des rires... [PV Kilip Jino]   Mer 12 Jan 2011 - 11:53

Les mots derniers mots que lui adressèrent Ragath furent pour lui souhaiter de se plaire dans l'académie et qu'il était ravi de l'avoir rencontré, comme d'avoir rencontré le boitier de communication. Décidément, il était peu commun : qui appréciait de rencontrer un boitier de communication? Avec un sourire, invisible par l'ombre qui était toujours sur son visage, Kilip voulut répondre, mais il avait enchainé sur le fait que son maitre viendrai le chercher. Kilip voulut répondre, mais le boitier prit l'initiative, trop enthousiasmé qu'on l'ait interpelé en personne :

" Nous sommes aussi ravi de vous avoir rencontré, et c'est avec grand plaisir que nous vous reverrons. Il est plaisant de voir que les membres de l'ordre Jedi sont si courtois, et je tiens à préciser qu'il me plairait de m'entretenir plus longtemps avec vous... "

Des piaillements se firent entendre puis reprirent la voix reprit par dessus les mots incompréhensibles du Jawa.

" Vous avoir rencontré est un plaisir, et il me tarde déjà de vous revoir. Si c'est durant les cours, nous ne pourrons pas trop parler, mais ce sera tout de même avec grand plaisir. Et donc, que la force soit avec vous. "

Il avait déjà entendu cette phrase - pas pour lui mais pour le chauffeur de la petite navette qui l'avait conduit ici de la part du jedi qui l'avait repéré - sorte de forme de salut, comme les gens qui se serrent la main ou ceux qui se donne des accolades. Ça devait être étrange de voir autant d'espèce différentes, de cultures différentes, se plier à des coutumes similaire une fois qu'elles avaient franchit le seuil du temple.

Mais pour le moment, Kilip répondait au salut de son camarade. En le voyant s'en aller, il se dit que si tous étaient aussi gentil, il allait vraiment apprécier ses études. Cependant, sa faible expérience de vie lui rappelait qu'il devait toujours se méfier des sourires, car nombre des siens avaient souhaiter être son ami pour se rapprocher du chef de clan, son père, ou de la mère, la shaman. Heureusement, ici il n'avait aucune influence sur qui que ce soit, il pouvait donc, pour l'instant, se dire que tout comportement positif était vraiment par pure bonté.

Quand le reptile disparut de sa vue, en tournant à une intersection, Kilip retourna dans sa chambre et s'assit sur son lit, un peu haut pour lui, ce qui l'obligea à sauter un peu. Il regarda la pièce de plus manière plus attentive : tout était à la fois chaleureux et sobre. La fenêtre était un peu haute d'accès, mais à l'aide de la chaise de bureau, toute proche, il n'aurait aucun mal à l'atteindre. Petite, sa chambre était tout de même très bien aménagée : une étagère pour ses affaires, un petit bureau d'étude faisant moins d'un mètre cinquante de large pour à peine plus de un de long, il pourrait positionner de quoi étudier sans peine, d'autant que la lecture lui plaisait. Cette idée, combinée à effervescence d'espèce qu'il allait rencontrer, lui donna envie d'apprendre les langages de chaque espèce qu'il était possible qu'il croise régulièrement, car reposer sur son droïde pour la compréhension le gênait.

Il se leva de son lit et posa ses deux bures de change sur l'étagère et les restes de mécaniques sur le niveau le plus bas. Il retourna sur le lit et s'allongea. Il rit en voyant qu'on pouvait en rentrer deux comme lui en longueur, et au moins autant en largeur sur le matelas qu'on lui avait laissé. Au moins, il aurait de l'espace. Il décrocha son boitier et le lança sur le bureau en lui disant de s'éteindre, se qui lui permettrait de recharger ses batteries sans peine, via un système qu'il avait observé sur un vaisseau de course concourant pour un hutt et qu'il avait miniaturisé après plusieurs essais.

Il sentit une soudaine fatigue l'emporter, le trajet, puis le changement d'environnement et la fraicheur de la pièce avaient eu raison de lui. Il s'endormit, en se disant que si son maitre devait venir il pourrait le réveiller et il entra dans le monde des songes en se demandant comment serait son maitre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Loin des rires... [PV Kilip Jino]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Loin des rires... [PV Kilip Jino]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Ordre Jedi - Planète Ondéron :: Temple Jedi :: Quartiers des Jedi :: Dortoirs des padawans-