La qualité RP dans votre univers Star Wars...
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Prisonniers du passé (PV Tia Shild)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Prisonniers du passé (PV Tia Shild)   Dim 20 Juin 2010 - 21:56

Une civilisation inconnue et oubliée, un savoir ancien enseveli, de grandes connaissances à découvrir, de la terre, de la boue et de la poussière. De toutes ces choses, seules les trois dernières importaient actuellement pour le maître Jedi arkanien. Ce dernier avait perdu patience depuis un bon moment, il n'était pas un historien, et même s'il aimait bien apprendre de nouvelles choses, sa priorité allait à sa mission, et celle si se révélait vraiment sans grand intérêt. Il aurait bien pu profiter de l'apparente tranquillité de la situation pour observer et étudier les fresques présents sur les murs souterrains du sous-sol de ce temple, mais il avait pour principe de d'abord accomplir sa mission, avant de passer à autre chose. Retrouver un Jedi disparu dans les environs qui n'avait pas donné signe de vie depuis plus d'un mois. Encore une fois, il allait devoir palier à l'incompétence d'autres membres de l'Ordre. Cet autre Jedi était lui, certainement un historien ou un spécialiste en langage. Lui-même n'avait rien contre la curiosité et les découvertes, au contraire. Après tout, il exploite bien plusieurs mines sur Arkania, même s'il ne mène pas les fouilles sur le terrain, c'est lui qui les dirige. mais toute exploration demande un minimum de rigueur et de préparation mentale et physique afin d'être sûr que tout se déroule bien. Visiblement, celui-ci n'avait pas la même définition du minimum nécessaire que Dase, autrement dit, elle était insuffisante.

Maître Don avait choisi d'y envoyer un maître car il pensait que ce sanctuaire gungan pouvait contenir quelques dangers. Finalement, si ces créatures amphibiennes se servent de la surface de cet édifice comme d'un sanctuaire, il s'est avéré qu'ils ne sont pas à l'origine de sa construction, et pour l'instant, le seul danger qu'il avait rencontré était le risque de salir irrémédiablement sa magnifique bure semblant être constituée de milliers de flocons de neige reliés entre eux. Bien évidemment, comme il n'avait pas de padawan à s'occuper, c'est lui qui avait été désigné. Il se demandait s'il en reprendrait un...la défection du dernier le marquait toujours, lui qui ne tolérait pas l'échec, cette fois cela lui avait explosé à la face. Il ne savait pas s'il supporterait l'échec d'un nouvel apprenti. De ce fait, s'il choisissait finalement de partager ses connaissances te ses compétences avec un disciple de la Force, il faudrait qu'il s'en montre digne avant même qu'il ne le choisisse comme tel. Ou bien, au moins, que l'affectation de l'enfant ne soit décidée par le Conseil Jedi.

Tandis qu'il arpentait les couloirs sombres du sanctuaire de pierre, son sabre laser en main, prêt à parer à toute éventualité, son comlink retentit. S'arrêtant, il l'ôta de sa poche avec main gauche. L'appareil venait de transférer un message de son vaisseau, la White Wing, un chasseur arkanien amélioré par des boucliers supplémentaires ainsi qu'un générateur d'invisibilité. Le contenu du message s'afficha dans un petit hologramme émit par l'interface du boitier métallique. Il venait du Temple Jedi, et ne présageait rien de bon, d'après son contenu, les Siths venaient de lancer une attaque en masse. Il fallait croire qu'ils avaient finalement réussis à s'entendre, ne serait-ce que pour faire face à leur ennemi commun le plus dangereux. Bien entendu, alors qu'ils se retrouvaient plus que jamais menacés depuis longtemps, lui était sur Naboo, sous terre, dans les restes d'un temple abandonné depuis des lustres. Dase connaissait bien ses priorités, tant pis pour le Jedi perdu, la survie de l'Ordre était en jeu.

Le Maître Blanc effectua un brusque demi tour, et revint prestement sur ses pas. Tout à coup, sans aucune explication, le sol commença à s'ébranler sous ses pieds. N'ayant aucune indication quand à la source de cet espèce de séisme, Dase accéléra encore le pas, se mettant à courir, allant jusqu'à utiliser la télékinésie pour dévier les morceaux de roches qui commençaient à se détacher du plafond. Entrant encore davantage ne harmonie avec la Force pour améliorer ses capacités physiques et courir plus vite, il arriva à remonter jusqu'à la surface, mais se trouvant malheureusement toujours à l'intérieur du sanctuaire, il ne put échapper à l'inévitable, et la construction complète s'effondra autour de lui, et sur lui.

Grâce à la Force il se protégea des décombres, et ne fut pas blessé. Toutefois, sa situation était tout de même assez critique. Il se retrouvait bien en-dessous de là où il se trouvait auparavant, et dans le noir complet qui plus est. Pour y voir, il n'eut d'autre choix que d'allumer son arme, et de se guider à l'aide de sa lame blanche. Les dalles sur lesquelles il marchait étaient de la même confection que celles d'avant, cela signifiait qu'il se trouvait toujours à l'intérieur du temple, ou plutôt du tombeau. Le patron de la BioAciel se dirigeait prudemment parmi les morceaux de rocs, cherchant les endroits non obstrués qui lui permettraient de rejoindre la surface.

Ce qui était certain, c'était qu'il allait rater une bonne partie des "festivités" d'Ondéron.

-Merci mille fois Maître Don... murmura-t-il dans un soupir de consternation, alors qu'il arpentait un couloir qui à son grand désespoir s'achevait par un ensevelissement de roches.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Prisonniers du passé (PV Tia Shild)   Mar 22 Juin 2010 - 20:38

L’archéologue s’afférait sur le site depuis l’aurore, glanant le maximum d’informations de ce vieux temple Gungan. Décidément sa vie d’archéologue s’accompagnait de nombreux voyages dans les recoins de la galaxie les plus variés, il fallait croire que les idées reçues sur ce milieu de soit disant vieux bougon grincheux et solitaire n’était pas forcément exact. Dialoguer, parlementer, croiser les sources et les avis afin de trouver, se rapprocher de la vérité, et de la connaissance. Tel était le lot des archéologues. La jeune femme s’était rendue sur Naboo au bout de plusieurs mois de recherches, son but : retrouver d’anciennes inscriptions, des fresques gungans relatant un morceau de leur histoire. Son travail était le fruit d’une collaboration fructueuse avec un archéologue spécialisé dans l’étude culturelle d’anciennes civilisations. Malheureusement, son collègue ayant une mobilité plus que réduite par le poids des années, il n’avait pu prendre part à l’expédition, trop coûteuse en force physique et endurance pour lui.

Tia s’était donc rendue seule sur les lieux, en commençant par rendre une petite visite au monde aquatique. Equipée d’un respirateur A99 la jeune humaine avait ainsi put gagner les immenses bulles abritant le monde des grandes oreilles. Il s’agissait pour elle de demander une autorisation formelle afin de pouvoir commencer ses fouilles. Bien que le vieux temple ait été laissé à l’abandon pendant plusieurs siècles il n’en restant pas moins la propriété des gungans. Et à force de tissa tissa, de missa missa et de tout ça tout ça, Tia obtenu l’accord en bonne et dû forme. Tout ceci remontait au début de son séjour, affrontant les marrés lugubres de Naboo, la jeune archéologue s’était installée à l’endroit désirée, entreprenant une fouille minutieuse du temple avant de découvrir les fresques recherchées. Elle travaillait donc dans un recoin du temple en ruine, tentant de déchiffrer signe par signe les hiéroglyphes obscur ornant le mur, les dessinant au fur et à mesure sur son petit calepin qu’elle emportait toujours avec elle. Après tout rien ne se conserve mieux que le papier, une machine peut tomber en panne, se casser, mais vous aurez toujours un papier et un crayon pour noter un élément essentiel.

Toutefois les gravures étaient désormais limées et détériorées par le temps, leur retranscription représentait un travail très long et éprouvant. Il restait beaucoup à faire, Tia l’ignorait mais quelqu’un ou quelque chose en allait décider autrement, et ce qu’elle déchiffrait encore à moitié ne serait bientôt plus. Essuyant son front perlant, essoufflée par la chaleur humide de la planète, Tia soufflait un instant, s’accordant une courte pause dans ce vieux temple où l’air manquait. Soudain les parois se mirent à frémir alors que le sol se faisait instable, jetant des regards d’incompréhension autour d’elle, l’archéologue constata avec horreur que c’est le temple lui-même qui s’effondrait sur elle. Le plafond ne tarda pas à tomber en diverses morceaux de roches plus lourds les uns que les autres alors que le mur sur lequel se trouvait les fresques vola en éclats, un morceau vint entailler le bras de l’archéologue.

Chutant au sol, Tia se glissa rapidement sous deux gros blocs déjà tombés qui semblaient solides attendant la peur au ventre la fin du déluge. Miracle, rien ne vint écraser son abri de fortune et le sol finit par se stabiliser à nouveau. Mais le mal était fait et la jeune femme lança un regard meurtris sur les dégâts. Des mois de recherches, d’investigations, des dizaines de documents consultés, trois paragraphes de rp, tout ça pour ça ! Des cailloux, de la poussière et un champ de ruine. Le cri de rage que poussa alors l’archéologue est compréhensible, malgré sa grande vulgarité.


« MAIS QUEL EST LE ****** D’ ******* DE ***** QUI A FAIT CA ???!!! »

Une colère légitime mais un cri un peu trop puissant qui eut pour conséquence de désolidariser un dernier morceau de roche qui vint s’écraser violement à quelques centimètres du pied de Tia. Celle-ci déglutit difficilement en contemplant ce qui aurait bien pu transformer son pied en bouilli informe et sanglante.

« Ok c’est noté… on ne crie pas dans un éboulement… je parlerais plus doucement… »

Jetant un coup d’œil à droite à gauche, l’archéologue soupira longuement, ce qui semblait être un séisme n’avait rien d’une cause naturelle. Le tremblement avait parcouru les murs avant que le sol ne s’ouvre et s’effondre. Son travail était réduit à néant mais au moins la jeune femme gardait pour elle sa vie… du moins, si elle arrivait rapidement à sortir de ce trou à rat. Une fois les sentiments de peur et de rage passés, la douleur à l’épaule de l’archéologue se mit à la lancer, comme si elle avait attendu que la jeune femme se calme pour se manifester. Malgré un filet de sang s’écoulant de la plaie il n’y avait rien de grave, toutefois avec la poussière environnante il lui fallait se soigner sous peine de voir la blessure s’envenimer. Cherchant au sol parmi les gravas, Tia réussit finalement à mettre la main sur son calepin, peu de temps après elle trouva son sac et la presque totalité de ses outils. Plus de peurs que de mal finalement. Extirpant une petite trousse de secours de son sac, l’humaine entreprit de désinfecter sa plaie avant de l’entourer soigneusement d’un bandage stérile.

Observant avec une moue satisfaite le haut de son bras droit bandé, Tia jeta son sac sur son dos, positionnant ses lunettes sur son nez elle actionna une petite lumière latérale qui faisait office de lampe frontal. L’éboulement avait entraîné un remaniement de force du plan du site et tous les repères de Tia étaient détruits. Ne lui restait plus qu’à se trouver un chemin et sortir le plus vite possible de cet endroit avant que l’air ne vienne à manquer.


Avisant d’un couloir plus ou moins intact, la jeune femme avança avec précaution avant de s’y engouffrer. La petite lampe toujours allumé, elle se demandait jusqu’où tout ceci la mènerait. Au fur et à mesure de son excursion la curiosité reprenait le dessus, insouciante du danger qu’elle encourait, Tia ne se pressait guère, arpentant les dédales d’un temple plus que jamais en ruines.

« Qu’est-ce que je vais bien pouvoir lui dire moi à Mr Malik, tout son beau travail réduit en fumée… si mon maître l’apprend il va encore dire que ce genre de choses n’arrivent qu’à moi… »

Le vague à l’âme, la jeune femme ne faisait guère attention éventuels bruits, ignorant si elle entendait uniquement le bruit de ses pas ou si d’autres sons inconnus s’éloignaient… ou se rapprochaient…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Prisonniers du passé (PV Tia Shild)   Mar 6 Juil 2010 - 22:21

Dase luttait tout autant pour déceler une issue que pour conserver son calme. Il détestait se savoir inutile. Qui plus est, il pensait toujours pouvoir aider à résoudre n'importe quelle situation face à laquelle les autres membres de l'Ordre se démenaient sans résultats. Alors,connaissant la situation sur Ondéron, il s'inquiétait fortement, mais plus encore se sentait gagné par un sentiment de frustration. Toutefois, cela ne serait certainement pas ce mal-être grandissant qui l'aiderait à se sortir de ce dédale souterrain. Après avoir passé plusieurs minutes à aller et revenir nerveusement sur ses pas tout en maugréant contre la Force qui semblait vouloir le narguer, les Gungans qui auraient pu mieux entretenir ce temple, maître Don qui avait choisi un bien mauvais moment pour l'envoyer en mission, ce Jedi incompétent qui s'était perdu, ces rochers qui étaient de toute évidence de moins bonne qualité que ceux des mines d'Arkania, cette poussière qui salissait le bas de sa tunique, parce qu'il avait passé tout le reste, il rouspéta enfin contre lui-même, plus par dépit que pour de véritables et bonnes raisons. Une fois n'était pas coutume.

Conscient que ce stress et cet énervement, le déconcentrant, lui déservaient dans sa recherche d'une issue, l'arkanien s'immobilisa, désactiva son sabre-laser, se tint à l'angle d'un mur de sa main gauche et reposa ses yeux vides derrière ses paupières. Mais c'était son cœur et son esprit qu'il se devait de calmer en priorité, afin de pouvoir se remettre en harmonie avec la Force, pour à nouveau suivre son courant favorable, la laisser le guider jusque là où sa présence était véritablement nécessaire. Tentant de rendre son âme la plus sereine possible, tout en sacrifiant le minimum de temps à sa méditation spontanée, Dase entreprit un effort considérable sur lui-même. Il fallait qu'il chasse sa peur concernant le temple et les Jedi, sa colère vis à vis de sa situation présente, car de telles émotions conduisent au côté obscur. Malgré le caractère exceptionnel que revêtait cette circonstance, il n'y avait aucune exception à cette règle.

Ainsi, pendant plusieurs minutes, l'adepte de la Force médita, et tenta de recouvrer un semblant de paix intérieure. Cela n'était pas chose facile, mais l'obscurité qui l'entourait, associée au silence qui régnait en ce lieu, l'aidèrent à s'apaiser. Dase n'aurait pas pu dire combien de temps il avait passé à se ressourcer moralement, il avait juste cherché à faire du mieux possible en situation d'urgence. Une fois cette nécessité accomplie, il tenta de trouver une issue, en se laissant guider par la Force, mais aussi par la douce lumière blanche de la lame de son arme. Celle-ci lui permit de déceler, après un bon moment de recherches infructueuses, un endroit ou des roches avaient laissé un léger espace lorsqu'elles ont dégringolé les unes sur les autres. Essayant de voir ce qu'il y avait de l'autre côté, l'arkanien put constater que seuls ces résidus du temple obstrués l'accès à ce qui semblait être la suite du couloir dans lequel il se trouvait. Il ne devait donc y avoir aucun risque à dégager ce passage. Cependant, par mesure de précaution, le Jedi Blanc n'y alla pas de façon brutale au sabre-laser, mais retira les rochers délicatement en usant de la télékinésie.

Après avoir ouvert ce début de sortie, le président de la BioAciel se retrouva à arpenter un couloir bien plus vaste qu'il ne l'avait imaginé. Absolument tous les murs étaient recouvert de gravures, la plupart étant des symboles, des idéogrammes très certainement, mais dans ce cas, il ne s'agissait pas du langage qu'utilisaient actuellement le peuple gungan. Cette pensée le renforça dans sa conviction que cet édifice avait été bâti par une autre race que ces espèces de lapins amphibiens. Il avait continué en ligne droite depuis un bon moment, sur le seul chemin possible. En jetant un coup d'œil en arrière, il se rendit compte qu'il ne distinguait plus du tout l'espace d'où il provenait. Marmonnant une dernière parole à l'encontre d'une personne indéfinie, le jedi aux cheveux et aux yeux de neige reprit sa route lugubre.

Il n'avait aucun moyen de savoir s'il se dirigeait vers la surface, où s'il partait pour s'enfoncer encore plus profondément dans ces oubliettes improvisées. Toutefois, le couloir qu'il empruntait avait l'air emménagé, il devait donc bien mener quelque part, en supposant que ce quelque part ait survécu à l'éboulement. A la limite il aurait pu utiliser son nez, suivant si l'air est plus facilement respirable, que tout à l'heure, cela aurait pu lui suggéré qu'il s'était un peu rapproché de la lumière naturelle. Il s'agissait d'une astuce dont lui avait parlé son ancien maître, bien qu'il n'ait jamais ue la certitude que ce dernier avait été vraiment sérieux en lui en parlant. Mais il ne s'était jamais exercé à ce genre de pratique loufoque, et serait donc incapable d'avoir un avis tranché sur la question. Même si, plus pour se détendre que pour autre chose, il renifla légèrement, avant d'esquisser un sourire amusé. Finalement, la longue ligne droite déboucha sur une pièce trop grande et trop sombre pour qu'il puisse la distinguer en entière. Néanmoins, il aperçut facilement un duo de colonnes vers son centre, il s'en approcha, et constata qu'elles avaient été endommagées, certainement à cause du séisme. En effet, elles étaient fêlées en de nombreux endroits. Mieux valait ne pas en rester trop près. Dase tenta de trouver un nouveau chemin pour continuer son ascension espérée, mais alors qu'il foulait de ses bottes les innombrables rocailles, il lui sembla distinguer une forme humanoïde plus loin devant lui.

Brandissant sa lame à l'horizontal devant lui, autant pour mieux y voir que pour se préparer à une éventuelle agression, l'arkanien continua à avancer, mais plus lentement, restant sur ses gardes.


- Qui va là? Demanda-t-il simplement d'un ton autoritaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Prisonniers du passé (PV Tia Shild)   Mer 8 Sep 2010 - 21:54

[Mille excuses pour l’immonde, le monstrueux, le gigantisme retard ><]

« Qui va là… qui va là… je pourrais vous retourner la question laser-man… »

Trop occupée par ce qu’elle venait de découvrir, Tia s’était laissée surprendre par l’inconnu et n’avait remarqué sa présence qu’au dernier moment… Alors que l’archéologue avait erré de ça et de là, dans ce champ de poussières et de roches, elle était tombée sur des pans de murs aux fresques insolites. Ce que l’on appelle la déformation professionnelle existe bel et bien et c’est les yeux brillants d’excitation que Tia s’était empressée d’enregistrer chaque parcelle de la frise sur son datapad. Petite goutte de chance dans un océan de poisse l’appareil fonctionnait toujours malgré l’éboulement et la poussière environnante ! C’est ce même engin qui faillit glisser des mains de la jeune femme alors que celle-ci sursauta brusquement avec l’arrivée du Jedi.

Ce devait forcément en être un vu la couleur du cristal, disons que la probabilité était de 80%... Assez rassurant en soi, après tout les Jedis n’étaient pas connus dans la galaxie pour être des tueurs sanguinaires… aux dernières nouvelles du moins… En revanche la position du Jedi n’avait rien de pacifique et Tia resta à le jauger silencieusement, se demandant qu’elle était la meilleure façon d’entamer la conversation sans éveiller de crainte ou d’alarme quelconque dans l’esprit de l’homme… Après plusieurs minutes de délibération muette, l’archéologue prit le parti de la présentation simple et surtout véridique.


« Après tout il faut bien que l’un d’entre nous se présente en premier… Tia Shild, archéologue, présente en ses lieux afin d’y entreprendre des fouilles, avec l’accord des Gungans, pour des recherches personnelles. Perdue en ce moment même dans les tréfonds du dit temple comme vous pouvez le constater, victime d’un éboulement qui n’a pas sonné avant de détruire toute trace de mon travail... »

Une archéologue bien poussiéreuse, le visage noircit par l’éboulement, ses lunettes sur les yeux avec éclairage latéral, un bandage sur un bras, voilà ce qu’elle était à ce moment même… autant vous dire qu’elle ne ressemblait à rien… Tia pensait être la seule forme humanoïde présente en ces lieux, aussi sa surprise était sincère. L’éboulement peu naturel ainsi que l’arrivée récente du Jedi se relièrent naturellement dans son esprit. Toutefois avant d’invectiver, peut-être à tort, le pauvre homme, l’archéologue préféra s’assurer du lien entre les deux éléments.

« Et vous monsieur ? Êtes-vous cet homme qui a malencontreusement fait ébouler la moitié du temple ? »

Une chose était sure, à moins que l’homme aux cheveux blanc soit kamikaze, sa présence dans les éboulements aux côtés de Tia prouvait que cet acte, si acte il y avait, était involontaire. Maladresse ? Brute ? Inconscience ? Suicide ? Victime ? La jeune femme l’ignorait, et alors qu’elle attendait sagement les réponses ou réactions du Jedi, l’archéologue rangeait soigneusement son matériel dans son sac. Son blaster n’avait pas bougé de sa ceinture, Tia ne se sentant pas particulièrement menacée par la présence de l’homme, cela faisait partie de son inconscience et naïveté naturelle. Et puis Lieman, le dernier Jedi qu’elle avait croisé était la plus adorable des boules de poils, un modèle de courtoisie et de savoir vivre, offrant ainsi à la jeune fille une image plutôt positive de l’ordre lumineux. Vaquant à ses occupations de ci et de là, l’archéologue alimentait la conversation, capable du meilleur monologue comme du pire…

« La population de ce temple vient de doubler avec votre arrivée… nous sommes plus nombreux que je l’imaginais ! »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Prisonniers du passé (PV Tia Shild)   Jeu 16 Sep 2010 - 8:10

Quelle impertinence! Si cette jeune femme connaissait son rang, nul doute qu'elle ne se serait jamais permis de lui adresser la parole de cette façon, qui plus est avec un tel accoutrement. En plus de la trouver insolente, Dase estima qu'elle était vraiment insouciante, ou complètement stupide. Aucun être sain d'esprit n'aurait ainsi invectivé un homme ainsi armé, surtout lorsque celui-ci vous prend au dépourvu. Il est vrai qu'après avoir essuyé de plein fouet cet éboulement, elle n'avait pas vraiment l'air d'avoir toute sa tête. Elle pouvait déjà s'estimer heureuse d'y avoir survécu, et encore plus de tomber sur lui. Elle se serait retrouvé bien maligne si c'était un Sith qui ce serait trouvé à sa place à cet instant. Il lui aurait bien adressé un long sermon sur la politesse et la prudence, mais les circonstances actuelles n'étaient certainement pas les plus propices à un long discours. Puis surtout, il avait l'esprit bien trop occupé par la nouvelle de l'attaque du temple pour songer à faire la morale à une inconnue.

L'arkanien prit le parti du silence, et attendit que l'humaine ne daigne se présenter. Après tout, comme elle le lui avait si bien fait remarquer, c'était lui qui avait le laser en main. Celle qui devait être complètement blonde avant de se retrouver recouverte de poussière finit donc par lui révéler qu'elle était archéologue. Le Jedi tiqua lorsqu'elle parla de "recherches personnelles". Comme elle avait vu son arme, il était très probable qu'elle ait compris qu'il était membre de l'Ordre Jedi. Or, Dase n'aimait pas que l'on cache des informations à l'Ordre. En fait, il n'aimait tout simplement pas qu'on lui cache des informations. Sans éteindre son sabre laser, mais en baissant légèrement la lame vers le sol, il tenta d'en apprendre davantage, tout en se présentant à son tour, à sa façon.

-Je suis maître Jedi, j'enquêtais ici, en mission pour mon Ordre. Je me permets donc de vous demander qu'elles sont ces recherches personnelles que vous évoquiez, et qu'est-ce que vous cherchiez précisément ici...avant que tout ne s'effondre.

Il était tout à fait conscient que sa demande pouvait être mal prise, mais peut lui importait. Il désirait savoir si elle avait un rapport avec la destruction de ce lieu, ou peut-être même si sa présence ici avait un rapport avec celle du chevalier Jedi qu'il était venu secourir.

Toutefois, la première de ses hypothèses sembla s'infirmer lorsque la jeune férue d'histoire évoqua la possibilité que ce soit lui qui soit responsable de leur situation désastreuse. Une pensée légitime, mais également erronée. Il n'était pour rien là-dedans, il n'avait rien remarqué de particulier au moment où le temple avait commencé à s'ébranler. Il aurait éventuellement pu enclencher un piège, mais il aurait certainement aperçu. Si son demi-tour avait été assez brusque une fois qu'il avait pris connaissance du message en provenance d'Ondéron, il avait néanmoins pris bien le temps d'étudier les lieux, avant, lorsqu'il s'y était engouffré. Or, jusqu'à aujourd'hui, sa mémoire visuelle ne lui avait jamais joué de si gros tours. Il ne voyait donc pas comment il aurait pu être le fautif.


-Je ne pense pas être cet homme là. Quant à vous, d'après votre question, vous n'estimez pas non plus être cette personne apparemment.

Dase avait déjà eu à travailler avec des archéologues sur Arkania. Certains venaient régulièrement explorer les mines les plus profondes et les plus difficilement exploitables par sa société. Si aucun d'entre eux n'avait encore généré de catastrophe, et s'il reconnaissait l'importance de leur travail, il devait avouer qu'à les savoir farfouiller partout, il craignait parfois qu'ils ne détruisent maladroitement quelques matériaux exploitables. Mais ce qu'il redoutait le plus avec ce genre de personnes, c'est qu'ils ne monopolises la grotte, et l'empêche d'en récupérer les ressources, en prétextant qu'il s'agisse désormais d'un site historique ou autre terme proche du genre. Bref, l'opinion de l'arkanien sur les archéologues et historiens est assez mitigée.

C'est en partie pour cela qu'il tenait à savoir précisément ce qu'elle faisait ici, l'autre raison étant sa méfiance naturelle. Cependant, le Jedi ne pouvait laissé quelques anciennes mauvaises impressions retarder davantage son retour chez son ordre.

La jeune femme aux cheveux blonds et désordonnés, quant à elle, commençait à ranger ses affaires, un peu comme si de rien n'était. L'adepte de la Force en conclut qu'elle en devait finalement pas représenter une menace. Il ramena donc le sujet de la conversation à ce qui lui semblait le plus urgent, comment sortir d'ici.


-Vous n'avez pas encore situé un éventuel chemin de sortie par hasard? Même obstrué, cela n'est pas important, je pourrais toujours parvenir à le dégager.

Il se demanda ce qu'il devait penser des dernières paroles de son interlocutrice. Après une petite réflexion, il se dit justement qu'il valait mieux ne rien en penser. Il en profita juste pour tenter de confirmer le fait qu'elle n'avait rien vu qui pourrait lui être utile, pas même pour sa mission initiale, tout en continuant de l'observer sombrement pendant qu'elle organisait son matériel.

-Donc vous n'avez croisé personne à part moi, pas même un cadavre?

Un chevalier jedi détient les capacités nécessaires pour survivre à un tel éboulement. Mais il était aussi possible qu'il était déjà décédé avant que cela arrive. Si tel était le cas, il allait être encore plus difficile pour Dase de retrouver son corps parmi ces innombrables décombres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: Prisonniers du passé (PV Tia Shild)   Mer 6 Oct 2010 - 10:50

« Voilà des questions bien précises Maître Jedi-sans-nom-fixe, la liste des choses que l’on peut faire dans un temple comme celui-ci n’est pas très exhaustive vous savez… »

Il était gonflé celui-là ! Non seulement il se présentait à moitié mais en plus il exigeait que l’archéologue lui raconte sa vie dans les moindres détails, il avait qu’à lui dire à elle aussi le contenu exact de sa mission si importante. Ah ces Jedis, ils étaient bien curieux tout de même, comme si détenir une lame vibrante permettait de passer au dessus des règlements et du secret professionnel. Pour dire vrai, Tia se moquait éperdument de connaître la raison qui amenait le Jedi en ces lieux, tant que ce n’était pas pour l’empêcher de faire son travail. Un travail qu’elle ne pouvait plus exercer maintenant que le temple ressemblait à un tas de gravas, ses recherches s’arrêtaient ici…

« Ma venue ici n’a rien d’un secret d’Etat, vous avez certainement dû remarquer un peu partout dans le temple les multiples fresques qui parsèment ou disons parsemaient ces murs. Ce temple appartient bien au peuple gungan, mais le bâtiment et ces écritures sont bien plus anciens. Habituellement je ne m'intéresse pas à l'étude des civilisation mais je suis là pour rendre service à un collègue et ami qui se trouve dans l’incapacité de se déplacer lui-même. »

Et qui risque fort de me taper sur les doigts à mon retour, songea l’archéologue intérieurement. Au sein de la communauté des chercheurs, Tia était souvent perçue comme une petite tête brûlée, fonceuse et parfois dangereuse pour elle-même, ce qui ne l’empêchait pas d’être brillante au vu de son âge. Un jugement pas si infondé que ça mais pour une fois la faute ne revenait pas à l’archéologue. Hochant la tête à la négative alors que le Jedi s’interrogeait sur la source de l’éboulement, la jeune femme ne jugea pas utile de se justifier, l’auteur de ce gâchis n’était ni lui, ni elle… visiblement. L’archéologue avait l’impression de passer un interrogatoire avec ce Maître, mais si elle râlait ou soufflait d’exaspération, c’est toujours avec sérieux et sincérité qu’elle répondait.

« Non, aucun chemin envisageable de là où je viens, tout est bloqué. J’ai regardé également ici et…. Ici, mais ces dédales débouchent toutes deux sur des escaliers qui descendent sous terre. Il serait trop dangereux de s’y aventurer, si un second éboulement se produisait nos chances de survie avoisinerait alors les 5%. De plus l’oxygène s’y fait plus rare. »

Pointant du doigt différent lieux, elle désigna tour à tour les portes de sorties condamnées. Marquant une pause, Tia finit de boucler son sac, le balançant sur ses épaules avant de grimacer, une petite pique de douleur vint perfidement lui rappeler qu’elle était blessée de ça et là. Rien de dramatique bien évidement, et l’archéologue n’était pas du genre à se plaindre, les risques du métier dirons nous, mais son état ne lui permettait pas non plus de jouer aux acrobates. Mieux valait rester prudent, un peu de douceur s’imposait.

« J’imagine que de là où vous venez c’est tout aussi bloqué, par élimination il nous reste donc… ce chemin-ci et celui-là. Mais j’avoue ne pas savoir où ils mènent. Je sais juste qu’il existe au moins deux portes d’accès au temple. Une au Nord et une seconde au Sud-ouest, si elles existent toujours… »

Observant la poussière environnante et l’état désastreux de l’hémicycle, devenu ruine en un instant, tout comme le reste du temple, l’archéologue ne put retenir un long soupir triste. Assurément, plus personne ne pourrait venir faire des recherches en ces lieux, prier ou tout simplement découvrir, s’aventurer. Plus personne pour percer les mystères de ces magnifiques écritures et leur signification. Encore un mystère qui sombrait dans le néant, l’historienne qu’elle était ne pouvait que se trouver peinée d’une telle perte. Pas égoïstement pour elle et ses recherches qui tombaient à l’eau non, mais pour la galaxie entière, l’Histoire est universelle, elle appartient à tout le monde de la découvrir, de la comprendre. Le deuxième soupir que l’archéologue poussa fut lui d’exaspération, ce Jedi n’en finirait donc jamais avec ses questions ?

« Non je n’ai croisé personne depuis que je suis ici, soit… cinq jours, aussi bien de vivant que de mort. C’est un cadavre que vous cherchez ici Maître ? »

Il lui avait posé tant de questions, elle pouvait bien lui en poser une, il lui répondrait s’il le voulait, cela importait peu finalement. Tia avait d’autres chats à fouetter, elle était déçue que tout ces mois de recherches finissent dans un tas de poussière. Même si Tia n’avait pas tout perdu, la masse d’informations détruites dans cet éboulement s’avérait immense. Manquerait plus qu’elle y laisse la vie, ce serait la totale ! Rallumant la lampe latérale de ses lunettes afin d’y voir plus clair, la jeune femme marcha jusqu’à chacune des ouvertures, tentant de voir laquelle des deux paraissait la plus sure. Après quelques minutes où elle scruta chaque recoin de ces dédales, le verdict tomba : elle n’en avait aucune idée. Se retournant vers son compagnon de fortune, l’archéologue l’interpella à nouveau.

« Vous avez une préférence sur la route à prendre ? Parce que moi je n’en ai pas vraiment… »

Discuter ne servait pas à grand-chose, il fallait surtout avancer avant que l’air ne vienne à manquer. Désormais ce n’était ni les recherches de Tia, ni la mission du Jedi qui important, la priorité étant de sauver leur propre vie. Du moins s’ils y tenaient…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prisonniers du passé (PV Tia Shild)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Prisonniers du passé (PV Tia Shild)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force - Le RPG Star Wars ! :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Naboo-