Le RPG Star Wars par forum // Qualité RP, intrigues & évolution... Immergez-vous !
 
AccueilTableau de bordFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 6771ème édition [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: 6771ème édition [libre]   Mar 20 Avr 2010 - 17:07

L'après-midi touchait à sa fin, si bien que, déjà, quasiment plus personne ne travaillait. L'éternel trafique de personnes ne se faisait presque plus que dans un sens: des ateliers ou hangars vers la sortie. Boire, retrouver un ami, une amie, une famille... Il n'y avait pas besoin d'avoir de bonne raison pour se tirer d'ici. Ils ne pointaient pas après tout, alors ils pouvaient bien faire ce qu'ils voulaient. Tant que le travail était bien fait... C'était ça qui comptait. Le reste... Les vaisseaux venaient et repartaient, c'était le principal.

"
Zien!"

Comme souvent à cette heure, il était allé se percher avec son dictaphone au sommet d'une montagne de caisse. Les autres ne cherchaient plus depuis longtemps à comprendre pourquoi il faisait ça, lui non plus d'ailleurs, et c'était tout aussi bien ainsi. Il le faisait, point barre.
A l'appel, il baissa ses yeux verts dans la direction de la source, qu'il avait identifié comme le gardien de jour. Pas un gardien pour veiller au bon travail des ouvriers, ça c'était inutile: ils n'étaient pas des esclaves. Non, son job, c'était de veiller à ce qu'aucun client n'abuse de ses droits, ne partent sans payer, ou qu'une quelconque bagarre éclate. C'était qu'ils avaient beaucoup de matériel, parfois fragile, entasser partout. Il était hors de question d'abîmer une seule pièce... Et puis, Nar Shaddaa n'était pas un repère de saints hommes, loin de là. Pourquoi prendre des risques alors que les mercenaires désœuvrés pouvaient parfois se rendre si utile?

"
- Zien! Tu restes ici?
- Où veux-tu que j'aille?"

L'autre répondit par un rire moqueur, puis s'éloigna sans rien dire de plus. De tous les chiens de garde qui travaillaient ici, c'était sans aucun doute celui qui lui tapait le plus sur le système. Il prenait tout le monde de haut, et tout avec raillerie. Il n'aurait pas été gardien de jour, certains mécanos n'auraient pas hésité longtemps à le descendre.
Comme tout le monde, il savait que Zien ne rêvait que de s'en aller. Après dix ans d'existence sur Nar Shaddaa, il s'était intégré à l'environnement et à la faune locale comme s'il y était né. Pour peu qu'on le connaisse un peu, on savait qu'il n'avait qu'une seule envie: partir. Seulement son employeur n'avait pas l'intention de laisser partir le plus doué de ses employés... Ceux qui avaient approché Zien pour lui proposer de bosser pour eux, ils n'étaient jamais revenus.

Après avoir copieusement insulté mentalement le gardien, Zien serra les dents et pinça les lèvres, lâchant un long sifflement haut perché et continu. A entendre, c'était pas très agréable, voir pas du tout... Et c'était comme ça qu'il pouvait savoir s'il était réellement seul, ou pas.
Constatant qu'il l'était, il s'allongea sur le dos, une main sous la nuque, l'autre tenant son dictaphone. Ce journal de bord, c'était d'un débile... Pourtant en cinq ans, il ne s'était toujours pas décidé à arrêter. Ca relevait presque de l'addiction... Tous les soirs il prenait le temps de le faire, de même qu'il le faisait souvent deux ou trois fois par jour. Au final, il en avait d'avantage qu'il n'aurait du...

Poussant un soupir, il démarra l'enregistrement.

"
Journal de bord 6771.
Cinq ans pour Kassyx, dix pour Grim... J'sais pas ce qu'il espérait en m'envoyant ici, mais c'est rappé. Vie de mer...
"

Persuadé d'avoir entendu quelque chose, ou alors son éternelle paranoïa lui jouant des tours, Zien se redressa, arrêtant le dictaphone et finissant sa phrase à voix basse.

"
...de."

Et de son regard vert, bien qu'aveugle, il balaya le hangar, à la recherche d'un quelconque individu suspect... Ou pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Sam 24 Avr 2010 - 9:58

[HJ: dis moi si quelque chose ne convient pas Wink et si mon intervention ne te dérange pas! Je ne répondrai plus trop à partir du 30 avril jusqu'au 18 mai, mais je tenais quand même à écrire ce RP, si tu veux bien de mon perso I love you ]

La Trianii revenait d'une longue mission, elle était épuisée et nécessitait un vaisseau pour la ramener sur Ondéron. Les choses avaient très mal tournées et la féline s'en était tiré de justesse; la douleur dans ses muscles lui rappelait combien elle avait fait souffrir son pauvre corps dans cette lutte pour la survie. En fait un petit groupe de délinquants, trafiquants de drogue cachés sur Nar Shaddaa plus ou moins mal famée avait prit un homme politique en otage. Tout le monde s'était demandé comment il était possible que cette simple bande réussisse son coup. Les Jedi avaient pensé qu'ils s'agissaient d'une façade, qu'il y avait tout une organisation derrière; seulement les autorités étaient trop orgueilleuses et refusaient d'admettre que ceci ait pu leur échapper. La Trianii avait été envoyé malgré tout, et elle avait apprit à ses dépends que les Jedi avaient raison... Après avoir suivi le petit groupe, la chevalière avait été encerclée par des hommes bien plus nombreux et armés. Cette petite bande n'était que la première couche de tout un réseau organisé se moquant des autorités aveugles persuadées de n'avoir à faire qu'à de petits malfrats.

La Jedi avait pu récupérer l'otage heureusement, celui-ci avait été emmené en urgence à l'hôpital, elle devait se débrouiller, car les autorités de Nar Shaddaa vexées avaient inventé une histoire pour ne pas l'y aider, disant qu'elle avait mis en danger la sécurité de la ville ou une bêtise de ce genre en réveillant les vieilles querelles. Pourtant la féline au pelage d'ébène était tout sauf belliqueuse, elle était la douceur même, la joie de vivre... Enfin en temps normal, là sa voix était plutôt lasse et éreintée, ainsi que son corps souple qui peinait à avancer... Quand on pensait à son habituelle agilité qui la faisait virevolter dans tous les sens c'était triste à imaginer.

Au risque d'entrer en conflit avec Coruscant ou même Ondéron, le Temple d'où Misha venait, les autorités de Nar Shaddaa avaient fait de la Jedi une hors la loi, sans doute était-ce par pédanterie ou simplement parce qu'ils étaient corrompus et que la chevalière avait tout fait rater; après tout ce n'était pas eux qui souhaitaient l'intervention des Jedis dans cette affaire, logique que la féline soit mal vue. Elle voulait un vaisseau mais soudain une voix raisonna dans les hauts parleurs.

"LES VAISSEAUX DOIVENT RESTER A TERRE JUSQU'A DEMAIN SOIR, AUCUN CARGO NE DOIT QUITTER LA VILLE."


Ça ce n'était sûrement pas pour elle, car si les autorités la traquaient, c'était en toute discrétion, c'était un pur hasard qui l'embêtait bien. Elle allait faire demi tour mais la faim, ainsi que la douleur la forcèrent à s'arrêter. Misha pensait que les autorités auxquelles elle avait eu à faire n'étaient qu'une groupuscule corrompu; si cela se trouvait les dirigeants de la planète n'étaient même pas au courant de sa venue, en général ils déléguaient ça à leurs sous fifres, et c'était ceux-ci qui devait être corrompus, facile donc de chercher à effacer sa trace. Pfft, du coup elle avait délivré l'otage pour le livrer entre leurs griffes. Ils auraient tôt fait de le récupérer à l'hôpital. Échec total pour cette mission. Comme la féline ne pouvait plus trop faire un pas seul, que ce soit littéralement parlant car épuisée ou métaphoriquement parce qu'elle était recherché, elle interrogea la force sur ce qui l'entourait et sentit une présence. S'approchant doucement, la féline au corps brisé fit des efforts pour parler.

-Bonjour... Je... Je cherche un refuge jusqu'à demain s'il vous plaît. Je suis Jedi mais... Mais un problème qui.

Sur ce, sans s'être rendu compte de son état, elle chancela et tomba par terre, évanouie...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Sam 24 Avr 2010 - 11:53

"LES VAISSEAUX DOIVENT RESTER A TERRE JUSQU'A DEMAIN SOIR, AUCUN CARGO NE DOIT QUITTER LA VILLE."

Zien se détendit, réalisant qu'il ce qu'il avait entendu n'était que les grésillements qui annonçaient la mise en fonction des haut-parleurs. Encore de l'animation en vue... Parce que ce genre d'interdit, il y avait toujours des petits malins pour les braver. La moitié des cœurs paranoïaques de Nar Shaddaa qui entendrait ce message le prendraient pour eux, et face ces menaces fantômes (...), ils chercheraient à s'en aller. Il n'aurait pas voulu être à la place des autorités: elles allaient avoir du boulot.
Enfin, lui ça ne le regardait pas, pas plus que la raison pour laquelle tout le monde était fixé à terre. Pour lui, ça ne changeait pas grand chose... Ca faisait dix ans qu'il était cloué ici. Un jour de plus ou de moins... Mais ça l'embêtait quand même, parce que pas de départ signifiait également pas d'arrivée, ce qui signifiait moins de boulot.

Reportant le dictaphone près de sa bouche, comptant reprendre son récit, il sursauta quand une autre voix parla, surpris de découvrir que ses premiers instincts ne l'avaient pas trompé: il n'était pas tout seul. Habitué à le faire, il se laissa glissé du sommet de ses caisses, estimant rapidement la distance qui devait le séparer de l'inconnue. A la voix, il aurait dit que c'était une femme...


-Bonjour... Je... Je cherche un refuge jusqu'à demain s'il vous plaît. Je suis Jedi mais... Mais un problème qui.

Ben voyons, elle était au courant que Nar Shaddaa n'était pas un repaire de fervents chevaliers? Et puis il s'en fichait bien qu'elle soit Jedi, ça ne l'avançait pas beaucoup de connaitre son prénom.
Il allait donc l'envoyer promener, quand un bruit lui apprit que ça n'aurait servi à rien de lui répondre. Le genre de bruit que fait un général un type quand il passe de l'état de vivant à celui de cadavre... Super, si elle venait de claquer, elle pouvait toujours rêver pour compter sur lui. Il n'avait pas du tout envi de devoir expliquer aux autorités comme il s'était retrouvé avec un macchabée sur les bras...

Bref, récupérant un peu de bon sens, et arrêtant enfin de passer sa mauvaise humeur sur la situation, il s'approcha du cadavre, le regard fixé sur le sol qu'il ne voyait pas. Plusieurs fois, il claque de la langue, tout doucement, chercha à la repérer sans lui marcher dessus. Jedi enfin localisée, il éteignit définitivement son dictaphone, le rangea dans sa ceinture, et s'accroupit à côté d'elle. Du bout des doigts, il chercha son poignet...
Un truc poilu avec une voix de femme...
Il ne s'arrêta pas sur ce détail, s'assurant plutôt de son statut de morte... Et comprenant, sans réelle surprise, qu'elle était toujours vivante. Il réprima une pointe d'agacement, sortit ses lunettes d'une de ses poches pour les mettre. Pour ce qu'il en distinguait, c'était effectivement une femme... Et elle avait pas l'air en super forme. Zien lâcha un soupir, avant de se relever, soulevant l'inconnue dans ses bras. Sans aucune forme de cérémonie, il la posa sur une de ses épaules, revint vers les caisses pour récupérer sa chemise, passant dans sa tête les vaisseaux accessibles du hangar. Son choix se porta sur un cargot de la CTC, qui ne serait pas en état de marche avant plusieurs jours.

Pestant contre son manque de chance, il gagna l'appareil, y entra sans se préoccuper de savoir si c'était chez lui ou pas. De toute façon, personne ne travaillait de nuit, sauf dans les quelques hangars qui avaient cette tâche, pour les "urgences". Tout le monde ayant ordre de rester ici, probablement aucun mécano ou autre ne devait encore être là...
Dans le vaisseau, il déposa la femme sur une couchette qui n'était pas d'origine, et... Et commença sérieusement à se demander ce qu'il pouvait à présent faire de cette chose.

"
Quelle poisse. "

A croire qu'on lui en voulait personnellement. Il commença par rouler sa chemise et la caler sous la tête de la femme, puis sortit sa ration d'eau personnelle, qui lui permettait de passer une journée entière sans finir déshydraté. C'était son côté éponge... Sauf que secouant la ration, il se rappela que, comme toujours à la fin d'une journée, elle était vide. Vraiment génial... Il était gâté aujourd'hui.
A court de solutions, il se laissa tomber dans un siège qui n'était pas d'avantage d'origine que la couchette, et croisa les mains derrière la nuque, se résignant à attendre qu'elle se réveille, ou bien qu'une météorite leur tombe dessus, ou... Ou que le jour se lève, ce qui n'était pas pour tout de suite. Vu la malchance qu'il se trainait aujourd'hui, il n'allait pas prendre le risque de secouer l'inconnue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Sam 24 Avr 2010 - 16:24

La Jedi se réveilla toute seule, apaisé par la Force et se ressourçant en son sein. Elle était jeune et vive, entrainée pour cela; c'était normal qu'elle finisse par s'éveiller une fois la pression passée. Son corps était tout simplement entré en surchauffe lors du pic de stress, encore un peu inexpérimentée, la chevalière avait perdu connaissance, mais désormais bien qu'elle continuait d'avoir très faim et souffrait de la soif, elle allait un peu mieux. Ses yeux bleu-mauve s'entrouvrirent avec délicatesse alors que son oreille gauche tiqua une ou deux fois comme pour chasser un moustique imaginaire. Ses moustaches frémirent légèrement lorsqu'elle releva l'odeur des lieux. Son odorat très développé reconnaissait une effluve de carburant pour vaisseau, et il y avait aussi une odeur vivante... Au dessus de sa personne, ou plutôt à côté demeurait un humain qui avait d'étranges lunettes. Misha les reconnut pour les avoir déjà vu sur le bout du nez du Padawan de Saï Don à son arrivée au Temple Jedi: cet homme devait être aveugle, comme l'apprenti du vénérable mentor de Luke qui avait perdu ce sens suite à la maltraitance qu'il avait subi dans son enfance ou quelque chose dans ce goût là, à vrai dire la féline ne savait plus vraiment, se rappelant simplement que le petit n'avait jamais supporté les lunettes et s'en était très vite passé.

La Trianii se redressa doucement, silencieuse par habitude; elle était très énergique mais telle une chasseresse instinctive, n'avait jamais été vraiment bruyante. Malgré ses muscles endolorie la féline s'étira souplement, clignant légèrement des yeux; laissant ses sens se remettre en place et invoquant la Force pour définir un peu l'endroit où elle se trouvait et qui était en face de sa personne sans toutefois fouiller son esprit car cela aurait relevé de la pure indécence. Visiblement celui qui semblait être un humain ne possédait aucun lien avec la puissance mystique des Jedi, peut-être était-ce un ouvrier du hangar ou un simple passager sur cette planète? L'un de ces aventuriers marginaux vivant 24h sur 24 dans leur vaisseau... Génial, et Misha qui haïssait la technologie.


-Je vous remercie pour votre aide Monsieur. Je m'appelle Misha. Et vous êtes?

Elle ne préférait pas trop en dire plus sur son rang, de toutes manières ses vêtements prouvaient largement qu'elle était Jedi, alors la féline se mit à chercher autour d'elle, espérant trouver son sac et pouvoir passer les vêtements civils qu'elle avait acheté en vitesse sur un marché, détachant son sabre-laser pour l'y ranger. Trouvant enfin son sac, la Trianii enleva sa toge de Jedi et ses vêtements, sa race n'était pas tout ce qu'il y avait de plus pudique, en plus elle avait des poils donc bon... Longtemps petite, elle s'était baladée en petite tenue sans que ça ne gêne personne, vous avez déjà vu un Wookie habillé vous? en plus l'homme était invisible et Misha n'avait pas le temps de faire sa petite princesse. Elle s'habilla en moins de deux, ressemblant maintenant à une simple citoyenne de Nar Shaddaa en dépit de son allure exotique de femme-panthère, mais là elle ne pouvait rien y faire.

-Je ne vais pas abuser de votre hospitalité plus longtemps, mais voici pour vous remercier

Bien qu'elle eut plus que faim, la Jedi fouilla dans son sac et récupéra une gourde d'eau ainsi que des capsules nutritives, les posant dans la main de son compagnon sans accorder le moindre refus à ce dernier. Elle se leva, se souhaitant énergique mais chancela et tomba assise à côté de l'homme...Finalement ce n'était pas la grande forme! Bah tant pis, Misha se promis de trouver à manger plus tard; elle eut cependant une idée brillante qui forcerait par contre son hôte à subir un peu plus sa présence.

-Euhh... C'est votre vaisseau ? Je dois partir pour Ondéron demain soir
-elle déglutit, ses oreilles se couchant sur le sommet de son crâne et sa fourrure se hérissant un peu alors qu'elle remettait, mal à l'aise ses longs cheveux d'ébène retombant sur ses reins en arrière.- en tout discrétion si possible... Bien sûr, je vous payerai à l'arrivée.

C'était plutôt évident, Misha n'allait pas profiter de l'homme. Si il lui disait de rester, elle s'arrangerait pour leur trouver à manger et à boire-enfin plus que ces capsules et cette gourde d'eau. La Jedi était un peu expéditive mais c'était assez normal, elle savait rester polie mais en général c'était une personne énergique, un petit bout de femme qui ne se laissait pas faire tout en sachant rester avenante... Même un peu affaiblie la chevalière n'allait pas commencer à jouer les pauvres fillettes perdues... Elle avait vécu beaucoup de choses dans son passé et avait apprit à trancher les choses. Maintenant c'était à lui de se décider si l'accord lui allait ou non, voilà tout.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Sam 24 Avr 2010 - 17:46

Quand l'inconnue se réveilla, Zien l'observa un bref instant à travers ses lunettes, avant de les retirer et de les remettre dans sa poche. Elles n'étaient qu'un outil de travail, sans lesquelles il avait toujours pu vivre... Et ça, c'était pas aujourd'hui que ça allait changer. Il ne savait pas s'il tenait sa cécité de son père ou de sa mère, mais ça venait d'eux il le savait très bien, et au fond il en était fier. Il avait toujours su se débrouiller sans voir.
Et puis rien que de sentir l'autre s'agiter, il se sentait fatiguer. Alors la voir faire, il aurait été épuisé en moins de deux... D'autant plus que quoiqu'elle puisse bien faire, c'était sans doute à peu près sans danger. Enfin il l'espérait... Et sinon, sinon... Sinon tant pis pour lui.
Avec un tant de retard, comme souvent, il percuta le nom de l'inconnue, et sa question. Misha? Et pourquoi alors avait-il dit "je suis Jedi"? Bonne question... Peut-être qu'il lui demanderait, pour peu que ça l'intéresse vraiment... En bref, il n'interrogeait si dans une dizaine de minutes il se posait de nouveau la question. Si entre temps il oubliait, c'était que c'était pas tellement important...

"
Euh..."

Monsieur, pourquoi l'appelait-elle monsieur?
Il interrompit ses pensées, revenant à ce qu'elle lui avait demandé.

"
Zien."

Pas la peine de décliner son identité, il avait appris à ne pas le faire. Personne n'avait besoin de connaitre son prénom et son nom, sauf lui. Kassyx avait longtemps insisté là-dessus, lui expliquait que, vu comme avait fini Grim, il n'était pas nécessaire de se vanter du nom de Khyl. Enfin lui, il ne pensait difficilement que son père ait pu être populaire. Pendant tout ce temps où ils avaient moisi sur Tatouïne... Soit ceux qui le cherchaient avaient été des crétins finis et avait mis du temps à le trouver, soit il n'avait été qu'un mercenaire secondaire, pour ne pas dire figurant, et là... Là il n'avait eut que trop peu d'intérêt pour que l'on se soucie de lui rapidement.
De toute façon, tout ça était fini depuis... Dix ans. Il n'y changerait plus rien, et n'aurait probablement jamais de réponses à ces questions. Tant pis. Ou tant mieux, parce qu'après tout, si Grim avait voulu qu'il soit au courant, il lui en aurait parlé.

Le semi zélosien se redressa, claque une fois de la langue et attrapa sa chemise, avant de se renfoncer dans son fauteuil. Peut-être que si Grim n'avait rien dit, c'était parce qu'il n'avait pas eut le temps de le faire... Mais là, ça ne tenait pas la route. Il aurait demandé à Kassyx de lui raconter, et ce dernier l'aurait fait. Mais peut-être bien que là encore, il n'avait pas eut le temps de le faire... Ou c'était Kassyx, qui n'avait pas eut le temps. Enfin en cinq ans, il aurait pu...
Méditant la chose, ses yeux verts fixés sur un point un peu au dessus de lui, il eut le réflexe de tendre la main quand il la sentit s'approcher, récupérant ce qu'elle lui donnait pour "le remercier". Y avait pas de quoi, il n'avait fait que la trainer ici... Du bout des doigts, il devina la gourde qu'il supposa remplie d'eau, puis des capsules... Probablement nutritives. Génial, ça franchement, il n'en avait pas besoin. Il n'avait jamais eut réellement besoin de manger, et il ne le faisait pas plus que nécessaire. Il vivait pas tout à fait d'amour et d'eau fraîche... Enfin d'eau fraîche, si. D'amour pas du tout: il préférait un rayon de soleil. En tout cas, ses capsules elle pouvait les garder pour elle.

"
Hein?"

N'ayant pas suivit grand chose de ce qu'elle disait, il eut un petit instant d'hésitation, qu'il passa à retrouver ce qu'elle venait de dire. Un peu à l'ouest, il parcourut les alentours de ses yeux aveugles, claquant nerveusement de la langue en reconstituant mentalement son environnement.
Percutant peu à peu ce qu'elle venait de dire, il tourna la tête, fixant sur elle son regard vert chlorophyllé.

"
Ca mon vaisseau?"

Il rit, un peu tristement. Si ça avait été le cas, elle ne l'aurait sûrement pas trouvé ici. Il se serait contenté de n'importe quoi pour quitter l'astroport, même d'une poubelle comme ce cargot. Seulement non, ce vaisseau n'était pas à lui. Et de toute façon il ne savait pas piloter, alors...
Il secoua la tête, soupira. A ne pas répondre aux questions de Misha, il allait encore passer pour le demeuré de service, mais il avait l'habitude et c'était devenu sans importance.

"
Désolé, les vaisseaux je les répare, je les pilote pas."

Sa carrière de preux chevalier s'arrêtait. Il l'avait aidé en la conduisant jusqu'à un endroit calme où elle avait pu se reposer un peu, mais son rôle dans les problèmes de cette femme n'irait pas plus loin.

"
Vous trouverez sans doute demain. C'pas c'qui manquent les pilotes à vendre dans le coin..."

Il se laissa de nouveau aller dans son siège, son regard redevenant fixe, comme mort. Ce qu'il était, de toute façon... Il aurait eut un vaisseau, il lui aurait dit oui, partons même tout de suite. Il lui aurait dit qu'elle n'aurait même pas à le payer, car s'envoler d'ici aurait été la meilleur des récompenses. Mais il n'avait pas de vaisseau... Et il avait arrêté d'espérer depuis quelques années, quand à son avenir. Depuis assez longtemps pour ne plus perdre de temps avec ces chimères.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Sam 24 Avr 2010 - 19:18

Elle était Jedi et particulièrement empathique, plus même que la plupart de sa famille d'adoption. Misha connaissait cet air de résignation, cette façon de parler laconique, éteinte. La chevalière ne pouvait pas lire dans les pensées-on accordait souvent ça aux Jedi mais c'était juste un mythe en fait. Ils devinaient les émotions, mais le cerveau de leur interlocuteur n'était quand même pas un livre, fallait pas exagérer.-; mais c'était facile de comprendre que l'homme était blasé... Et aussi très logique de songer qu'il rêvait de partir puisque les statistiques prouvaient que 87% de la population de Nar Shaddaa voudrait quitter cette planète dangereuse et mal gérée. Misha soupira, elle ne pouvait pas prendre tous les malheurs du monde sur ses épaules et prendre en charge tous les malheureux qui n'avaient pas assez d'argent ou un vaisseau pour sortir de cette planète. Néanmoins, bien que l'homme n'ait pas tant fait que ça pour elle, la Trianii trouverait stupide de ne pas tenter quelque chose. Elle pouvait certainement lui obtenir le statut de réfugié sur Ondéron ou Coruscant, comme il accompagnait une Jedi on ne lui poserait pas de questions ou de problèmes... Puis comme ça, au moins une personne sur les 87% verrait son rêve se réaliser, de plus la Jedi avait besoin de lui pour tenir tout une journée en ces lieux sans être repérée ni rien. Malheureusement, elle n'avait pas de vaisseau! Cependant Misha avait une idée, son pouvoir de persuasion pourrait leur être utile.

-Et bien Zien, enchantée. Vous voudriez partir d'ici n'est-ce pas?


Pour le reste, la Jedi était incapable de deviner à quoi il pensait: peut-être la trouvait-il folle comme tout le monde? C'est vrai qu'elle était d'une énergie assez étonnante bien que là, cette capacité soit un peu affaiblie à cause de son état... Et puis la féline était sérieuse en mission, en général c'était une grande distraite, très maladroite mais ici, elle était en terrain découvert, c'était dangereux. Si elle était aussi perspicace sans connaître cet homme c'est parce qu'elle avait vécu cette situation... Ce regard vide et envieux qui désignait aux passants où aller prendre leur vaisseau pour quitter la planète sableuse où elle vivait comme esclave.


-J'habitais Tatooine étant petite, aussi sympa que Nar Shaddaa dans son genre. Je peux vous promettre, et je ne suis pas du genre à le faire si je ne suis pas certaine... De vous mener sur Ondéron ou Coruscant, selon votre choix. Vous aurez automatiquement une acceptation de séjour illimité une fois que j'aurais parlé au Conseil, qui lui-même parlera aux autorités, vous pourrez même rester au Temple un moment le temps que tout ça se passe... Tout ce dont nous avons besoin pour sortir c'est attendre demain soir, que l'interdiction soit levée... Et aussi que vous me meniez vers un pilote. Si possible assez influençable, je n'ai pas d'argent, mais j'ai la Force. Un tour de passe passe...

Un petit sourire fleura les lèvres de la féline bien qu'elle savait que les yeux morts de Zien ne pouvaient pas le deviner. Elle était cependant sérieuse en disant ça, on sentait que ce n'était pas dit à la légère. Enfin n'empêche qu'en attendant, Misha devait trouver le moyen de survivre à cette journée or les autorités avaient l'air discrètes mais devaient quand même avoir mis le paquet pour la retrouver; elle avait quand même vu la tête des dirigeants corrompus et le chef du réseau du trafic en personne, lequel était carrément implanté au gouvernement... Et la Jedi ne pouvait pas compter que sur la Force; il lui fallait quelqu'un de débrouillard, qui connaissait les lieux, ayant l'habitude de passer partout.

-Zien je vais avoir besoin de vous pour tenir jusque demain soir, vous connaissez cette ville je suppose n'est-ce pas? Il faut que j'échappe aux autorités. C'est une sombre histoire de trafic de drogue et un membre de la sécurité intérieur de la planète est à la tête de ce grand réseau que personne n'avait réussi à remonter jusque là. Je connais son visage, ainsi que son identité, donc il va mettre le paquet... Comme c'est lui qui dirige la police locale en plus. Accepteriez-vous de m'aider?

Elle lui envoya une onde de force légère qui se voulait amicale afin de lui prouver qu'elle n'essayait pas de l'arnaquer. Cette histoire semblait être à dormir debout mais pas pour Zien très certainement ni pour elle... Ayant vécu sur Tatooine Misha savait que tous les abus étaient possibles sur une planète pourrie comme Nar Shadda où la sienne... Enfin il fallait voir si ça surprenait Zien où si il y croyait finalement.

Misha espérait ne pas être trompée sur un marchand de drogue; elle ne pensait pas car son aura était lumineuse et son attitude avec elle bonne, sans non plus lui lécher les bottes. En gros il avait plutôt l'air marginal dans ce monde, n'en avoir rien à faire de tout ces trafics et tout; il ne paraissait pas drogué et ne roulait pas sur l'or visiblement... Mais bon, espérons que tout ceci ne soit pas un masque car bien que perspicace, la Jedi se faisait aussi avoir parfois! Surtout que là elle s'était sentie touchée par cet homme qui avait eut exactement le même soupir et à peu près la même phrase qu'elle à 10 ans en pensant que jamais elle ne pourrait quitter cet endroit. Quand même c'était incroyable que Zien n'ait pas pu être déposé quelque part sur une planète en échange d'un travail sur un cargo ou autre, ça ne coûtait rien à ces derniers de déposer les gens comme ça, si c'était leur destination. Après c'est sûr, restait les problèmes de droit de séjour sur la dire planète... C'était peut-être ça qui avait bloqué l'homme jusqu'ici, allez savoir... Si ça se trouvait elle s'était trompée en beauté et il ne voulait même pas partir d'ici !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Lun 26 Avr 2010 - 18:45

Partir d'ici? Bien sûr, n'importe qui vivant sur Nar Shaddaa espérait pouvoir un jour partir. Les truands avaient de plus grandes ambitions, les autres espéraient trouver mieux ailleurs. Même les autorités et les "grands" d'ici devaient espérer pouvoir un jour s'en aller. Mais dans tout ce beau monde, soit ils étaient assez corrompus et restaient en sachant qu'ils ne trouveraient pas mieux, soit ils n'avaient pas les moyens de partir. Les seuls qui appréciaient Nar Shaddaa, c'était sans doute ceux qui ne faisaient qui passer... Mais lui, depuis dix ans qu'il était là, il n'avait jamais entendu personne prétendre être heureux d'être ici. Après, ce désire de partir n'était pas aussi fort chez tout le monde. Et puis ceux qui avaient quelque chose à vendre, qui avaient une valeur propre, eux trouvaient moyen de négocier sur une navette ou n'importe quel engin capable de voler. Les autres... Ils restaient là.

Zien dressa les oreilles en l'entendant parler de Tatooïne, devenant presque attentif... Ou pas. Rapidement, ses pensées se détournèrent d'elle, pour revenir à la planète où il avait grandi. Et à Grim. Il n'avait jamais était nostalgique, n'avait jamais eut le mal du pays ni quoique ce soit dans ce genre. Après tout, il n'était pas né sur Tatooïne. Mais bon... Il y était resté assez longtemps pour s'y attacher. Pour savoir qu'il y retournerait avec plaisir, et ressentirait les effluves de son enfance en marchant pieds nus dans Mos Eisley... Il avait tout appris là-bas. Chaque geste qu'il faisait ici le ramenait dans le vieil atelier pourri de Grim, où il crevait de chaud, où lui ne se lassait jamais du soleil... Pour peu, il en aurait regretté les engueulades de son père. C'était le bon vieux temps ça, quand ils ne parlaient qu'en se criant dessus, cherchant à avoir le dessus en parlant plus fort que l'autre, pour finalement éclater de rire... C'était ridicule. C'était loin...

"
J'comprend rien à ce que tu racontes."

Il avait marmonné, comme s'il ne s'adressait pas à elle. Lentement, il enroula sa chemise autour de l'une de ses mains, puis la déroula, l'enroulant autour de l'autre. Survivre? Oui ça, il savait faire. Kassyx lui avait appris quand il était arrivé, et il avait continué d'apprendre, tout seul, quand Kassyx était mort. Ca aussi, c'était vieux...
C'était tentant. Elle avait l'air de pouvoir l'emmener loin d'ici, mais sa parole, elle valait quoi? Faire confiance n'était pas une chose qu'il avait appris. Il ne pouvait pas la voir, il ne pouvait la lire sa sincérité sur son visage. Il n'avait pas cette Force dont elle parlait, il ne pouvait pas sentir la pureté de son coeur. Il n'avait que sa parole... La parole d'une inconnue.

"
Et puis pourquoi j'voudrais partir? Ici j'ai du travail."

Personne n'aurait parié sur lui au début. Un petit adolescent aveugle, toujours pieds nus, toujours torse nu... On s'était fait à sa présence, parce qu'il avait derrière lui l'ombre de Kassyx, et que lui, on ne lui avait jamais rien refusé. Il s'était imposé, et quand il s'était retrouvé tout seul, il avait été obligé de défendre sa place. Ca faisait cinq ans qu'il galérait pour être reconnu au même titre que les autres, pour qu'on accepte ses compétences et ce dont il était capable. S'il y était arrivé? Sans doute. Peut-être bien... Il n'en savait rien, il n'en était jamais sûr. Mais ce qu'il savait, c'était qu'ailleurs tout recommencerait, sans plus personne pour l'encourager et lui dire de tenir bon, qu'il y arriverait, que oui, il ne valait pas moins que les autres. Recommencer à zéro? C'était le prix à payer pour partir... Il n'était pas sûr d'en être capable.

"
Chacun sa merde tu veux."

Quoi, lui crétin? Elle aurait pu lui offrir une montagne d'or, un poste, un emploi... Il ferait quoi, tout seul dans un endroit qu'il ne connaissait pas? Il détestait Nar Shaddaa, mais au moins ici il savait où il était, où il allait. Il avait dix ans de repères ici. Il avait ses habitudes, ses marques, les voix qu'il entendait portaient des noms, les odeurs avaient un sens. Il n'aimait pas cet endroit perdu et livré à lui-même, mais il l'avait apprivoisé pour y être comme chez lui.

Zien se releva, se décidant à arrêter de torturer sa chemise pour la passer, sans la fermer. Bien sûr qu'il avait envi de partir, mais il n'était plus un gamin, un vieil ado de dix huit ans qui se rêvait son avenir en jurant dans son dictaphone. Il avait eut le temps de grandir, cinq ans sans plus personne pour veiller sur lui. A défaut d'avoir l'avenir qu'il aurait souhaité, il en avait un d'assuré dans cet astroport pourri.
Claquant de la langue, il tendit la main, effleurant exactement la couchette du bout des doigts. Comme s'il savait exactement où elle commençait, où elle s'arrêtait, il se hissa dessus, s'assit les jambes dans le vide. Chacun sa merde, ça résumait bien les choses. Partir il continuerait d'en avoir envi, jusqu'à ce qu'il se fasse embarquer par quelqu'un en tant que mécano de bord, ou un truc de ce genre. Se tirer à la première occasion, sur un coup de tête? Il aurait voulu. Mais il n'en avait pas les moyens. Il ne pouvait pas prendre ce risque, et se retrouver perdu dans l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Jeu 13 Mai 2010 - 17:41

-D'accord, comme tu veux

Répondit la petite féline énergique sans se démonter, tant pis, elle irait de l'avant, trouvant une autre solution. La Jedi sentait bien que l'homme était méfiant envers elle, c'était compréhensible car il semblait vivre seul depuis longtemps, sans compter que son attitude cachait peut-être des blessures passées mais ça, impossible de le savoir car avoir la Force ne signifiait pas avoir la capacité de lire dans les pensées. Ses yeux bleu-mauve balayèrent la petite pièce, elle sauta lestement à terre, ne prenant pas la peine d'emprunter le petit escalier pour monter à la cabine; le sol la reçut un peu durement, indiquant que malgré le fait qu'elle aille mieux, la Jedi avait encore de la fatigue en elle. Malgré la tristesse qui habillait son regard suite à cette mission ratée, la Trianii n'en gardait pas moins son spectaculaire caractère de battante, elle s'adaptait très bien à son environnement et aux situations, sans doute son instinct de chasseresse... En tout cas la réponse de Zien ne semblait pas trop la déstabiliser, comme si elle s'était attendu à ce refus, après tout n'était-elle pas une inconnu pour l'être aveugle? Misha aimerait qu'il change d'avis, évidemment mais ce n'était pas en le traitant comme un gamin, en le berçant de paroles douces qu'elle parviendrait à le faire revenir sur ses paroles... Il fallait que Zien prenne confiance en lui et agisse de son propre derechef, qu'il se bouge un peu le derrière pour saisir l'opportunité que la vie lui offrait. Pourqu'il remarque cette chance unique, Misha devait lui laisser l'occasion d'étudier plus profondément la possibilité de partir, de se lancer seul dans ce décollage; lequel serait définitif cette fois.

Bref à Zien de comprendre, et pour cela, la Jedi n'allait pas le supplier; il ne fallait pas lui faire changer d'avis en inspirant la pitié pour elle, petit être frêle perdu dans cette grande planète, ne pas faire du chantage affectif -bien que la Jedi doutât grandement que l'homme y soit réceptif- mais lui montrer qu'elle n'avait rien à y gagner et le laissait finalement libre de ses choix, se passant de lui facilement.


-Je repasserai dans le coin dans deux heures environ; peut-être serez-vous encore là, à travailler sur votre vaisseau? Sinon et bien au revoir et bonne chance

La Jedi parlait d'un ton joyeux malgré la dure journée qu'elle avait eut; ses yeux bleu-mauve se posèrent encore une fois sur la couchette où l'homme aveugle s'était allongé avec une grande facilité, démontrant qu'il connaissait cette cabine par coeur. Elle eut un petit sourire, ses crocs effilés se découvrant mais ne parvenant pas à ternir l'image douce qui se dégageait d'elle. Un sourire un peu chagrin tout de même car la Jedi souffrait encore de ses blessures physiques, de même pour celles de l'âme qui lui rappelaient l'échec cuisant de cette mission et le pauvre otage sauvé qui finirait sûrement par retomber entre les griffes des ennemis, lesquels venaient d'un gouvernement corrompus, ayant donc très bien pu infiltrer l'hôpital. C'était horrible de penser que celui-ci allait mieux maintenant mais retomberait d'ici peu dans l'enfer; hélas la Jedi ne pouvait rien faire de plus, elle parlerait au conseil sur Ondéron, voir si l'on pouvait dépêcher une escouade pour sauver l'homme mais seule, recherchée, c'était impossible tout simplement. Ramassant ses maigres bagages, elle prit quelques minutes pour faire le tour du vaisseau, donnant ainsi l'occasion à Zien de revenir sur sa décision, mine de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Ven 14 Mai 2010 - 16:19

... comment ça d'accord s'il voulait? Elle devait pas avoir besoin d'aide tant que ça, pour pas chercher à le persuader d'avantage... Ou alors elle savait par avance qu'elle n'y arriverait pas? En tout cas, c'était la chose la plus sage à faire. Le laisser faire ce qu'il voulait... Parce qu'après tout, lui forcer la main ça aurait servi à quoi? Il l'aurait juste un peu plus envoyé promener.
Le jeune mécanicien ferma les yeux, croisa les mains sous la nuque. Flemme de rentrer chez lui, il passerait la nuit ici... De toute façon, le temps qu'il rentre, il aurait tout juste le temps de s'allonger qu'il devrait déjà repartir. Encore mieux rester ici, personne ne l'enquiquinerait pour ça en plus. Les autres avaient l'habitude de le trouver au travail avant tout le monde, et qu'il dormait ici, ça n'était pas un secret. Tant que les pilotes ne savaient pas qu'il squattait leurs vaisseaux... Après c'était quand ils le découvraient que ça pouvait se gâter, mais c'était assez rare.


-Je repasserai dans le coin dans deux heures environ; peut-être serez-vous encore là, à travailler sur votre vaisseau? Sinon et bien au revoir et bonne chance

Zien ne prit même pas la peine de rouvrir un oeil, sachant que de toute façon, il ne voyait pas. Encore mieux ne pas perdre d'énergie dans les choses inutiles...

Pourquoi elle lui disait ça? Pourquoi comptait-elle repasser? Si elle était recherchée, il avait cent fois le temps de prévenir les autorités de sa présence ici. Mais... Mais le souci là-dedans, c'était que celui qui l'avait emmené là, c'était lui. Or les autorités ne faisaient pas de cadeau, et pour un oui ou pour un non, on se retrouvait derrière des barreaux ou coulé vif dans un bloc de béton, propulsé ensuite dans le néant dans l'espace, en mode astéroïde artificiel...
Au premier abord, partir c'était une idée de merde. Trop de risques, des risques qu'il ne pouvait pas se permettre de prendre. Se retrouver seul dans un endroit inconnu... Il pourrait s'en sortir bien sûr, il avait appris à s'en sortir. Mais combien de temps? Il pourrait bien ne jamais retrouver de travail, et ça... C'était son unique moyen de vivre. Sans boulot, il n'avait plus qu'à se laisser mourir dans un coin. Il ne pouvait même pas songer à se faire mercenaire, à s'engager dans n'importe quelle organisation militaire... Il n'avait jamais appris à se battre. La seule chose qu'il savait fait, c'était réparer tout et n'importe quoi.

Là, le mécanicien poussa un soupire à fendre une pierre, se redressa pour s'asseoir au bord de la couchette. Il n'y avait pas pensé à ça... Qu'en aidant cette fille, au final il se mettait dans une situation compliquée. Parce que les lieux étaient surveillés, ils sauraient qu'elle était venue ici. Et ils sauraient qu'elle s'était faite aidée... Ou ils le déduiraient, et à partir de là, il pouvait compter sur tous les autres pour balancer qu'il n'y avait que lui qui passait ses nuits ici. Donc qu'il n'y avait que lui qui avait pu l'aider. Et là... Même si au final, il n'aurait rien fait de plus que la porter jusqu'à un vaisseau, il se retrouverait dans la merde. Génial... Ca lui apprendrait à venir en aide à une parfaite inconnue.

Claquant de la langue pour repérer les cloisons autour de lui, il se leva suivant le chemin qu'elle avait elle-même suivi l'instant d'avant...Il la rejoignit enfin, avant qu'elle ne s'en aille, la retenant uniquement de la voix. Du geste, c'aurait été un peu plus... Non c'aurait été pareil, mais bon.

"
Eyh attend..."

Il hésita, avant de lever ses yeux verts chlorophile là où il estimait être l'inconnue... Enfin Misha, puisque c'était son nom.

"
Je comprend pas tout ça, ce qui t'arrive, qui t'es... "

Totalement inculte, il ne s'y connaissait que dans un seul domaine. Il ne savait que réparer les choses, et... Et c'était vraiment tout. La politique, l'économie, tout ça... Il n'y connaissait rien. Qu'y pouvait-il? Grimm ne le lui avait jamais appris, Kassyx non plus.

"
Je peux pas partir d'ici sans être sûr d'avoir du boulot là où tu m'emmèneras. Je t'aide ici, et toi, tu m'aides là-bas."

Dans ce sens, ça pouvait marcher.
A pire, qu'avait-il à perdre? Tout? Vu qu'il n'avait pas grand chose, ce serait pas une grosse perte. S'il se retrouvait sans boulot, il se démerderait... Même sans Grimm et Kassyx, il en était capable. Il n'était plus un gamin après tout... Il pouvait prendre des risques! Encore une fois, il n'avait vraiment pas grand chose à perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar



MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   Mar 25 Mai 2010 - 10:05

-C'est simple-reprit Misha sur un ton joyeux et patient.- Je suis Misha tout simplement. Et je t'ai promis que je t'aiderai, ne t'inquiète pas... Je n'ai pas pour habitude de mentir.

La Jedi pensait déjà au hangar du Temple rempli de vaisseaux qui commençaient à faire de plus en plus de caprices. Il faut dire que le vieux mécanicien qui refusait de partir en retraite n'avait plus tous ses réflexes d'antan, ni la main aussi sûre. La dernière fois il avait failli se broyer la main dans une machine après avoir fait tombé une clé dedans, et avoir voulu, têtu comme il l'était, la récupérer! Heureusement qu'un Padawan avait pu arrêter l'engin avec la Force. Comme quoi il était vraiment temps que le vieux technicien prenne sa retraite, les Jedi l'y poussaient désormais pour son bien, craignant pour la vie de cet homme sympathique comme tout mais un peu trop entêté et refusant sa vieillesse. Misha songeait encore à la mission ratée mais ne saurait pleurer sur son sort trop longtemps. Maintenant il fallait partir d'ici et aider quelqu'un lui mettait un peu de baume au coeur, surtout quand Zien avait fini par obtempérer, cela aurait été dommage de le laisser croupir en ces lieux... Comme quoi sa méthode avait bien fonctionné.

-En fait nous avons plein de vaisseaux dans le hangar et le mécanicien que nous aimons beaucoup se fait malheureusement trop âgé. Cela vous dirait-il de travailler dans le Temple d'Ondéron? Bien sûr vous serez logé, nourri, et blanchi. La paye n'est pas faramineuse, après tout, nous ne sommes pas une entreprise commerciale mais... C'est suffisant je pense, surtout que vous n'aurez pas de loyer à payer; vous pourrez manger à la cantine avec les autres Jedi. Vous verrez, ils sont très sympas, surtout les Padawan qui viendront sûrement vous voir pour que vous racontiez vos histoires d'aventurier, ce sont de vrais curieux. Mais maintenant nous devrions nous préparer n'est-ce pas?

La Jedi sauta agilement derrière le vaisseau pour se cacher d'une patrouille, enfin deux hommes... Ceux-ci l'aperçurent tout de même car la queue de la féline dépassait de la carlingue, elle était habituellement très douée pour la discrétion, ayant tout un panel d'outils naturels à son service mais
là elle n'avait pas vraiment eu le temps de mieux faire. Elle alla donc se poster aux côtés de Zien et leva légèrement sa patte, ses doigts repliés.

-Vous avez aperçu la suspecte dans la zone sud de Nar Shaddaa, craignant d'être recherchée, elle a fuit l'astroport. Vous ne l'avez pas arrêté mais savez qu'elle se cantonne là-bas.

Les hommes répétèrent exactement ses paroles et Misha soupira d'aise lorsqu'ils s'éloignèrent.

-Ouf, j'ai toujours peur que ce truc ne marche pas, mais ils avaient l'esprit assez faible. En attendant de partir, car je ne sais pas s'ils vont vraiment rouvrir le trafic demain matin, que proposez-vous?

C'était lui le pro de cette fichue planète après tout non? La Jedi avait comprit la leçon en tout cas, elle marchait sans bruit, se déplaçant en silence et avec grâce. Il faudrait sans doute que Zien remette ses lunettes pour savoir où elle était, à moins qu'il n'ait d'autres moyens de la repérer.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 6771ème édition [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

6771ème édition [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Enfants de la Force :: Zone RP - Reste de la Galaxie :: Nar Shaddaa-